Les communautés asiatiques contre le virus du racisme

Face à l’augmentation en France des actes malveillants envers les « Chinois » depuis le début de la pandémie, un nouveau militantisme s’exprime sous l’impulsion des jeunes générations.

Hugo Boursier  et  Valentin Cebron (collectif Focus)  • 26 mai 2021 abonné·es
Les communautés asiatiques contre le virus du racisme
Rassemblement place de la Bastille, à Paris, le 30 mars 2017 après le meurtre de Liu Shaoyao par un agent de police.
© Simon Guillemin / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

En pénétrant dans une -maisonnette située au bord du canal de l’Ourcq (Paris), une demi-douzaine de jeunes femmes asiatiques prêtent une oreille attentive aux confessions d’une autre qui jaillissent des enceintes. « J’ai longtemps détesté l’apparence que j’avais. Je détestais mes yeux à tel point que je voulais faire de la chirurgie esthétique », raconte la voix placide. Au Pavillon des canaux, une pièce aux cloisons colorées les accueille pour une session d’écoute du podcast « Asiattitudes », au cours duquel des femmes se livrent sur leur rapport à leur corps. Pour tenter de redéfinir « la vision des femmes issues des minorités de genre asiatique, en dehors des normes patriarcales et des stéréotypes véhiculés à leur encontre », précise la productrice du podcast, Mélanie Hong, âgée de 32 ans.

Many Yem, 36 ans, note que seules « des femmes reliées culturellement ou par filiation à l’Asie » se sont présentées à cet événement pourtant ouvert à toutes et tous. Une non-mixité certes involontaire qui leur a permis de s’exprimer plus librement, « sans devoir nous justifier

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 10 minutes