Les communautés asiatiques contre le virus du racisme

Face à l’augmentation en France des actes malveillants envers les « Chinois » depuis le début de la pandémie, un nouveau militantisme s’exprime sous l’impulsion des jeunes générations.

Hugo Boursier  et  Valentin Cebron (collectif Focus)  • 26 mai 2021 abonné·es
Les communautés asiatiques contre le virus du racisme
Rassemblement place de la Bastille, à Paris, le 30 mars 2017 après le meurtre de Liu Shaoyao par un agent de police.
© Simon Guillemin / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

En pénétrant dans une -maisonnette située au bord du canal de l’Ourcq (Paris), une demi-douzaine de jeunes femmes asiatiques prêtent une oreille attentive aux confessions d’une autre qui jaillissent des enceintes. « J’ai longtemps détesté l’apparence que j’avais. Je détestais mes yeux à tel point que je voulais faire de la chirurgie esthétique », raconte la voix placide. Au Pavillon des canaux, une pièce aux cloisons colorées les accueille pour une session d’écoute du podcast « Asiattitudes », au cours duquel des femmes se livrent sur leur rapport à leur corps. Pour tenter de redéfinir « la vision des femmes issues des minorités de genre asiatique, en dehors des normes patriarcales et des stéréotypes véhiculés à leur encontre », précise la productrice du podcast, Mélanie Hong, âgée de 32 ans.

Many Yem, 36 ans, note que seules « des femmes reliées culturellement ou par filiation à l’Asie » se sont présentées à cet événement pourtant ouvert à toutes et tous. Une non-mixité certes involontaire qui leur a permis de s’exprimer plus librement, « sans devoir nous justifier de nos différences ethniques ou culturelles », précise-t-elle, et où « les personnes partagent les mêmes vécus que moi », dit une autre. 

Lancé en septembre 2020, le podcast « Asiattitudes » a pour objectif d’amplifier la représentation des Asiatiques de France. « La seule que j’avais, c’était celle de ma famille », confie Eliane Hong, 28 ans, entre deux écoutes. Ce podcast est le fruit d’une rencontre entre Mélanie Hong et la créatrice de la page Instagram @sororasie, suivie par des milliers de personnes. Un réseau d’entraide asioféministe qui, selon la sociologue Simeng Wang, chargée de recherche au CNRS, « milite pour une approche intersectionnelle, décoloniale et solidaire de l’antiracisme ». L’autre but d’« Asiattitudes » : lutter contre les clichés et le racisme envers les Asiatiques.

32,8 % des sondés déclaraient avoir subi au moins un acte discriminatoire depuis janvier 2020 en France.

Le Covid-19 a exacerbé ce

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 10 minutes

Pour aller plus loin…

« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »
Entretien 28 février 2024 abonné·es

« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »

Dans son livre Les Choses sérieuses, la sociologue Isabelle Clair enquête sur les amours adolescentes et examine la manière dont filles et garçons entrent en relation.
Par Hugo Boursier
Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta
Enquête 28 février 2024 abonné·es

Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta

Si les politiques publiques contre le harcèlement scolaire ont été renforcées, celles contre les agressions entre élèves demeurent confidentielles. Elles laissent les personnels dépourvus de cadre et les victimes souvent seules face à leur traumatisme.
Par Pierre Jequier-Zalc
Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet
SNU 27 février 2024

Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet

Dans une publication sur X (ex-Twitter) de la direction des services départementaux de l’Éducation nationale de l’Hérault, rapidement supprimée, des jeunes volontaires du SNU célébraient leur fin de séjour de cohésion par une chorégraphie au son d’un gospel. L’an dernier, dans ce centre, un intervenant extérieur a appris à des jeunes à tirer au pistolet.
Par Hugo Boursier
À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »
Reportage 23 février 2024 abonné·es

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »

Malgré le manque de moyens et le désert médical dont souffre le département du Cher, la petite équipe de ce centre hospitalier essaie de soulager la douleur des patients en fin de vie.
Par Hugo Boursier