Royaume-Uni : L’Écosse, sparadrap du capitaine Johnson

L’oeil de Politis sur l’actualité de la semaine en bref.

Politis  • 12 mai 2021
Partager :

On votait pour les élections locales au Royaume-Uni jeudi dernier. Si le Labour (gauche) frise la majorité absolue au Parlement gallois, il perd 15 % de ses comtés anglais au profit des conservateurs, même s’il garde plusieurs grandes villes, dont Londres.

Cependant, pour Boris Johnson, la vraie mauvaise nouvelle est venue du Parlement d’Écosse, enjeu majeur de ces scrutins : le SNP (nationalistes de gauche) n’y rate la majorité absolue que d’un siège. Pour la Première ministre Nicola Sturgeon, c’est peut-être même le résultat le plus stratégique : son parti évite l’hégémonie absolue, tout en assurant à la cause indépendantiste une nette majorité de 56 % grâce à l’appoint des Verts, qui progressent aussi. De quoi réclamer dès samedi, au nom du peuple, le droit à un nouveau référendum d’autodétermination, après celui de 2014, en 2023 quand la crise du Covid aura été maîtrisée. Johnson aura bien du mal à tenir son opposition de principe, fondée sur un simple slogan : « Pas plus d’un référendum par génération. »

Brèves
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don