Thierry Cohen, dans la nuit des temps

Des traces, des associations d’idées, une mémoire sélective qui perdure, des interrogations. Et des clichés plastiquement époustouflants. Rencontre avec un imagier porté par l’écologie.

Premier confinement. Les informations viennent de Chine. Avec certains doutes, des réticences. Viendra, à peine plus tard, le mépris pour les ressources hospitalières italiennes. Comme beaucoup de Français et dans la trouille de l’inconnu, Thierry Cohen est sidéré. Sidéré par ce diable de vérole d’ours, ce virus qui vit aux dépens de ses hôtes. Il se plonge dans plusieurs lectures articulées autour de la pandémie, et plus généralement des épidémies dans la grande Histoire. De quoi observer les diverses…

Il reste 95% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.