À Briançon, solidarité en bande organisée

La justice maintient la pression sur les solidaires des exilés dans les Hautes-Alpes. Le 27 mai, les « 7 de Briançon » ont été jugés en appel. Le même jour, deux maraudeurs ont été condamnés à du sursis.

Pierre Isnard-Dupuy  • 2 juin 2021 abonné·es
À Briançon, solidarité en bande organisée
Manifestation de soutien aux « 7 de Briançon », le 8 novembre 2018 à Gap.
© JEAN-PIERRE CLATOT/AFP

J e pourrais plaider toute la nuit sur le délit de solidarité. Les gens que vous avez en face de vous sont nobles et désintéressés. » Au terme d’une audience fleuve, l’avocat William Bourdon se dit « ému » de défendre celles et ceux que leurs soutiens ont surnommé les « 7 de Briançon ». Ils sont jugés ce 27 mai par la cour d’appel de Grenoble, plus de trois ans après les faits. Fin décembre 2018, le tribunal de Gap les avait condamnés pour « aide à l’entrée de personnes en situation irrégulière en bande organisée », à six mois de prison avec sursis pour cinq d’entre eux et douze mois de prison dont quatre ferme pour les deux autres.

Le 22 avril 2018, ils avaient participé à une manifestation entre Claviere, dernier village italien avant la frontière, et Briançon, sous-préfecture des Hautes-Alpes. La marche dénonçait l’action anti-migrants menée la veille par Génération identitaire, ainsi que la « militarisation de la frontière », source de « mise en danger » selon les associations qui aident les exilés. La répression est lourdement tombée sur les trois premiers inculpés : Theo, Bastien et Eleonora. Après leur arrestation au soir de la marche et une garde à vue de 48 heures, les deux jeunes Suisses et l’étudiante italienne ont passé neuf jours en détention provisoire. Lisa, Benoît, Juan et Mathieu ont, eux, été mis en examen au cours de l’été 2018.

Sixième procès pour Pierre-Alain Mannoni L’universitaire Pierre-Alain Mannoni, jugé pour avoir transporté trois Érythréennes migrantes venues d’Italie en 2016, fait face à un acharnement judiciaire. Alors que l’enseignant a été relaxé par la cour d’appel de Lyon en octobre 2020, le parquet a décidé de se pourvoir à nouveau en cassation. L’affaire a pourtant déjà été jugée par la haute juridiction, qui avait annulé sa condamnation en décembre 2018, consacrant le « principe de fraternité ». Certains cas peuvent être jugés deux fois par la Cour de cassation, qui n’impose pas un jugement et peut renvoyer l’affaire devant une cour d’appel. Pierre-Alain Mannoni a ouvert une cagnotte en ligne pour financer la défense de son sixième procès. Sarah Dumeau
Devant le palais de justice de Grenoble, près de 300 personnes sont venues en soutien. Parmi elles, l’eurodéputé EELV Damien Carême, le maire EELV de Grenoble, Éric Piolle, ou encore les sénateurs écologistes Guillaume Gontard et Thomas Dossus. « Une république qui poursuit ses enfants parce qu’ils mettent en pratique la fraternité inscrite au fronton de ses édifices est une république malade », affirme à la tribune Henry Masson, le président de la Cimade. « Ce qui est un devoir pour nous devient un délit pour les autorités, dans le but, d’ailleurs illusoire, que des personnes ne puissent pas franchir la frontière. Si la loi interdit la solidarité, alors il faut désobéir », exprime Philippe de Botton, le président de Médecins du monde. L’après-midi de ce « procès de la frontière » se poursuit en musique.

Isolée de la rumeur de l’extérieur, la cour passe les prévenus sur le gril. Selon les éléments de l’enquête, une vingtaine de personnes présumées migrantes seraient entrées en France grâce à la marche. La présidente du tribunal et l’avocat général interrogent les prévenus pour savoir s’ils ont volontairement organisé la manifestation dans le but de faire entrer des personnes en situation irrégulière. « Quand je pars en manifestation, je ne vais pas vérifier les identités des gens qui partent avec moi », répond Theo. « Ces migrants n’avaient pas besoin de nous pour passer ou pour manifester. Tous les jours il y a des gens qui passent. Nous, ce qui nous inquiétait, c’est que la vie de ces personnes était menacée par les identitaires », raconte Benoît.

Dans ses réquisitions, l’avocat général, Philippe Muller, demande d’écarter le motif de « bande organisée », qui ne lui paraît pas caractérisé. Il demande à la cour trois mois de prison avec sursis pour six des prévenus et huit mois de prison avec sursis probatoire de deux ans pour Mathieu, également poursuivi pour rébellion. « Je pense qu’il faut marquer un apaisement, même si la situation à la frontière reste difficile », justifie Philippe Muller.

Pour la défense, la matérialité des faits n’est pas établie. Aucun contrôle d’identité prouvant la situation administrative des personnes n’a été réalisé et aucune preuve factuelle n’indique que ces sept-là ont aidé activement des personnes à franchir la frontière. Les forces de l’ordre ont constaté la présence de « personnes à la peau noire » au sein du cortège, voilà le seul élément brandi par l’avocat général. « De présumer qu’une personne de couleur noire est en situation irrégulière, c’est du racisme. Et cela est prévu par le code pénal », affirme Me Zia Oloumi.

La déposition d’un seul de ces « migrants » a été versée au dossier. « Les enquêteurs ont oublié de lui poser la question essentielle. Souhaitait-il faire une demande d’asile ? Et si des personnes présentes dans cette manifestation étaient demandeuses d’asile ? Eh bien, rien ne les empêchait de circuler », expose lyriquement Me Bourdon. « Le code pénal et le code des étrangers ne connaissent pas le mot migrant [utilisé par l’avocat général]_. Ce n’est pas du droit »_, recadre Me Oloumi.

En début d’audience, Me Vincent Brengarth avait introduit une demande de saisine de la Cour européenne de justice pour des questions préjudicielles. Selon l’avocat, la législation française ne s’accorde pas avec une directive européenne de 2002. Ainsi, la distinction entre « deux communautés, celle qui entreprend une action humanitaire et celle qui se livre à la traite humaine » n’est pas faite dans le droit français, explique-t-il aux juges, et le cadre européen ne précise pas la possibilité de poursuites pour des actes aux frontières internes de l’Union européenne. La cour se prononcera sur une éventuelle transmission de ces questions lors du rendu de sa décision, le 9 septembre.

Ce même 27 mai, le tribunal de Gap a condamné deux solidaires à deux mois de prison avec sursis pour avoir franchi la frontière avec une famille afghane, dont la mère était enceinte de huit mois. Les maraudeurs expérimentés démentent avoir franchi la « ligne rouge », qui n’est pas matérialisée dans le secteur où ils ont été arrêtés, par exemple par un torrent ou un sentier. Seule l’appréciation des gendarmes, venus de Pontivy, en Bretagne, est prise en compte dans ce dossier.

Société
Temps de lecture : 5 minutes

Pour aller plus loin…

Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France
Presse 28 mai 2024 abonné·es

Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France

L’Observatoire français des atteintes à la liberté de la presse (Ofalp) s’est lancé le 24 mai lors d’une rencontre publique, réunissant citoyens et journalistes. Il entend recenser et rendre publiques les entraves au droit d’informer, en publiant un rapport annuel.
Par Clémence Le Maître
Rafah : « J’attends de l’État français qu’il dénonce ce génocide »
Palestine 28 mai 2024 abonné·es

Rafah : « J’attends de l’État français qu’il dénonce ce génocide »

Environ 10 000 personnes se sont rassemblées dans la soirée du lundi 27 mai dans les rues de Paris, suite au bombardement d’un camp de déplacés à Rafah. D’autres manifestations en France ont eu lieu. La frappe israélienne, qui a eu lieu la veille au mépris du droit international, a tué au moins 45 réfugiés palestiniens.
Par Tristan Dereuddre
Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention
Reportage 27 mai 2024 abonné·es

Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention

Suite à l’action des forces de l’ordre le 23 mai, deux personnes ayant reçu des OQTF ont été placées 48 h en rétention administrative à Bobigny. Le lendemain, Politis s’y est rendu avec Alexis Corbière, député LFI exerçant son droit de visite. Depuis, l’un des hommes a pu sortir, l’autre a été transféré en centre de rétention administrative.
Par Pauline Migevant
L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers
Entretien 24 mai 2024 abonné·es

L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers

Une vingtaine de personnes, pour la plupart sans papiers, vivaient dans ce squat montreuillois. Elles risquent d’être expulsées du pays, craint un coordonnateur du lieu qui nous expose les raisons et conséquences de cette opération de police.
Par Pauline Migevant