À l'hôpital, « on ne peut pas y laisser notre peau »

La souffrance au travail est devenue le lot quotidien d’une majorité de soignants à l’hôpital public. Témoignages.

L’hôpital va-t-il craquer ? Un peu partout sur le territoire, des alertes commencent à poindre. Des départs en cascade sont annoncés, et tout particulièrement chez les professionnel·les en soins infirmiers. Car, si les augmentations salariales de 183 euros net par mois ont peut-être rendu certains postes plus attractifs sur le papier, le problème reste inchangé : l’hôpital public n’arrive pas à fidéliser son personnel. Pour la plupart de ces salariés, l’inertie des directions hospitalières et du…

Il reste 97% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Ce que révèle l’affaire des sous-marins

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.