À Mayotte, l’État hors la loi expulse à tout va

La préfecture du 101e département français n’hésite pas à falsifier des documents pour refuser l’accueil des mineurs étrangers non accompagnés, et les condamnations subies n’y changent rien.

En janvier dernier, tôt le matin, Omar (le prénom a été changé) est interpellé par la police. C’est un contrôle d’identité comme il en existe des centaines chaque jour à Mayotte. Le garçon de 16 ans est sorti faire des courses. Il est d’origine comorienne et est arrivé seul sur le territoire lorsqu’il était enfant. « Quand je me suis fait arrêter, c’était les vacances, précise le jeune homme, scolarisé en terminale. Mais je garde toujours mon carnet de correspondance sur moi, même quand il n’y a pas lycée.…

Il reste 96% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.