Au-delà de l’accueil des migrants, la rencontre et le partage

À Toulon, des familles viennent en aide à des demandeurs d’asile en leur offrant un hébergement, le temps que leur dossier soit accepté. Un enrichissement réciproque, témoignent les hôtes.

Noémie Pitavin  • 2 juin 2021 abonné·es
Au-delà de l’accueil des migrants, la rencontre et le partage
Hamid, qui n’était jamais allé à l’école en Afghanistan, a obtenu un diplôme de français.
© Noémie Pitavin

Afghanistan, quelque part dans les hautes montagnes de l’Est… Assis à la table de la salle à manger, Hamid* parcourt la carte du monde. Du doigt, il montre sa région, là où il a grandi, là où il était berger depuis l’âge de 9 ans… Jusqu’à sa fuite. Troublé et hésitant, il tend des feuilles de papier : le récit imprimé, qu’il a lui-même écrit, de ses trois mois de périple depuis l’Afghanistan jusqu’à son accueil chez Anne, à Toulon. Il avait 23 ans quand il est parti : torturé par les talibans, il a été contraint de quitter son pays, sa famille et ses montagnes, où il se sentait « en harmonie avec tout ce qui [l]’entourait ».

Désormais, Anne est devenue sa nouvelle famille – « c’est un peu comme ma maman », sourit-il. Cette professeure de français à la retraite est engagée auprès de l’association Welcome Var, comme 80 familles bénévoles. L’accueil, de quatre semaines au minimum, est au centre des objectifs de l’association, qui accompagne aussi les

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 5 minutes