Dossier : Migrants : l'État s'acharne sur les solidaires

Au-delà de l’accueil des migrants, la rencontre et le partage

À Toulon, des familles viennent en aide à des demandeurs d’asile en leur offrant un hébergement, le temps que leur dossier soit accepté. Un enrichissement réciproque, témoignent les hôtes.

Afghanistan, quelque part dans les hautes montagnes de l’Est… Assis à la table de la salle à manger, Hamid* parcourt la carte du monde. Du doigt, il montre sa région, là où il a grandi, là où il était berger depuis l’âge de 9 ans… Jusqu’à sa fuite. Troublé et hésitant, il tend des feuilles de papier : le récit imprimé, qu’il a lui-même écrit, de ses trois mois de périple depuis l’Afghanistan jusqu’à son accueil chez Anne, à Toulon. Il avait 23 ans quand il est parti : torturé par les talibans, il a été contraint de quitter son pays, sa famille et ses montagnes, où il se sentait « en harmonie avec tout ce qui [l]’entourait ».

Désormais, Anne est devenue sa nouvelle famille – « c’est un peu comme ma maman », sourit-il. Cette professeure de français à la retraite est engagée auprès de l’association Welcome Var, comme 80 familles bénévoles. L’accueil, de quatre semaines au minimum, est au centre des objectifs de l’association, qui accompagne aussi les migrants dans leurs démarches administratives et leur enseigne le français. En cinq ans, Anne a déjà accueilli une dizaine de demandeurs d’asile. « Le jour où une amie m’a parlé de cette association pour que j’y donne des cours de français, j’ai découvert la détresse de ces personnes. Je me devais de les aider en les hébergeant, car sinon c’est la rue pour la plupart d’entre eux. » Disponible, Anne loge les demandeurs d’asile plusieurs mois s’il le faut. À chaque nouvel arrivant, elle offre le premier repas. _« Cela nous permet de faire connaissance. Après je leur montre leur chambre et l’espace dans la cuisine où ils peuvent ranger leur nourriture. »

Il reste 72% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.