« Chino au jardin », de Christian Prigent : Une enfance cultivée

Dans Chino au jardin, Christian Prigent ressuscite les jardins ouvriers qui entouraient sa ville, faisant revivre sa jeunesse dans une langue explosive.

Christophe Kantcheff  • 23 juin 2021 abonné·es
« Chino au jardin », de Christian Prigent : Une enfance cultivée
Christian Prigent insuffle une énergie inouïe à son texte et perfore le langage commun.
© DESPATIN & GOBELI/Opale/Leemage/AFP

La justification de Chino au jardin est là : « Car déjà s’il ne vit pas tout à fait ce qu’il vit que va-t-il rester dans ses inconsciences du temps qu’il vécut quand allait et venait là le galopin qu’il fut ? » L’écriture comme tentative de restitution d’un passé dont les témoins et les traces s’effacent. Un récit

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Littérature
Temps de lecture : 3 minutes