CNews : L’extrême droite choisit son racisme…

Pascal Praud ne s'intéresse aux agressions racistes que lorsque les agresseurs sont… « maghrébins ».

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


« Et maintenant les petites informations, dans l’air du temps, tel qu’il se dessine en France… » Comme à son habitude, Pascal Praud philosophe sur l’actualité. Mais ce matin-là sur CNews, quelque chose est différent. Exit les sujets habituels (immigration, sécurité, démission d’Anne Hidalgo), « L’Heure des pros » décide de parler des agressions racistes récentes ayant eu lieu à Cergy et à Annemasse. Pour la première, il s’agit d’un livreur noir frappé au visage devant un restaurant ; la seconde concerne une caissière violemment traitée de « sale nègre » (entre autres) par une cliente. Dans les deux cas, les vidéos devenues virales montrent des faits écœurants. Mais un point surtout retient l’attention du présentateur : les agresseurs sont… « maghrébins ». À ce mot, le plateau frétille de joie. Jean Messiha s’essaye à une explication, évoque les « racines judéo-chrétiennes de la France », qui auraient protégé le pays du racisme jusqu’à l’arrivée d’une immigration nord-africaine incontrôlée, culturellement raciste. Face à lui, on opine du chef bruyamment. Plus ou moins franchement, la même rhétorique s’est rapidement répandue dans les sphères réactionnaires ; dans un grand mouvement d’inversion, l’extrême droite s’attribue maintenant le rôle de rempart contre le racisme.

Mais lorsque l’agresseur est propriétaire d’un appartement dans le seizième arrondissement de Paris, la verve se tarit. L’hôte incriminé avait refusé de louer une suite luxueuse sur Airbnb à un locataire noir, se justifiant avec un florilège d’insultes racistes, enregistrées à son insu : « Vous êtes vraiment exceptionnels, les Noirs, quand même. […] Tout le monde vous prend pour des cons. […] Organisez vos soirées dans vos putains de bidonvilles dégueulasses et arrêtez de venir faire chier les gens dans les quartiers chics. » Après l’avoir notamment menacé de lui « faire comme George Floyd », l’hôte décide de conserver l’avance malgré tout : « Je le garde votre argent ! […] C’est le but de l’esclavage, non ? » On attend de voir la pirouette pour mêler le Coran à ça.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.