JO 2024 : un record de saccages à venir

Les conséquences sociales et environnementales des Jeux inquiètent la population de Plaine Commune. Alors que les travaux s’accélèrent, focus sur trois points de lutte.

Koupaïa Rault  • 16 juin 2021 abonné·es
JO 2024 : un record de saccages à venir
Des habitants ont érigé un mur de paille aux Jardins des vertus d’Aubervilliers pour empêcher le passage des bétonneuses.
© Delphine Lefebvre/Hans Lucas/AFP

Plaine Commune, la communauté de communes où s’installent les Jeux olympiques de 2024, compte quatre des vingt villes les plus pauvres de France. La Société de livraison des ouvrages olympiques (Solideo), présidée par Anne Hidalgo, les membres du Grand Paris Aménagement, les promoteurs immobiliers ou encore les municipalités se réjouissent d’y construire une compétition « vecteur d’intégration sociale et économique ». Sur son site, Plaine Commune se réjouit : « Une fois l’excitation de l’événement passée, c’est un héritage concret et durable qui restera. » Pour satisfaire les écolos, en 2016, le WWF s’engageait même dans un partenariat censé accompagner les « premiers Jeux alignés avec les objectifs de l’accord de Paris ».

Au total, 20 % du territoire est ou sera en chantier ces prochaines années et, aux jardins d’Aubervilliers, dans le quartier Pleyel de Saint-Denis ou dans le parc de Dugny, la bétonisation et la gentrification sont des menaces bien réelles. Pour résister et dénoncer, associations et habitant·es se sont rassemblé·es dans une inter-organisation nommée Saccage 2024. Ensemble, ils déclarent que, non, la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 10 minutes