Réhumaniser l’agriculture

L’Atelier paysan allie la réflexion politique, le recul historique, l’expérimentation et des propositions d’actions pour rompre avec l’exploitation conventionnelle et high-tech de la terre.

Chaque semaine, vous récupérez votre panier à l’Amap de votre quartier ou de votre village, vous mangez bio et favorisez les circuits courts. Mais un sentiment d’impuissance persiste. En lisant cet essai de l’Atelier paysan, vous comprendrez les raisons de ce malaise, et vous vous sentirez moins seul ! Celles et ceux qui ont rédigé collectivement ce « manifeste pour une autonomie paysanne et alimentaire » sont catégoriques : le complexe agro-industriel enraciné depuis plus d’un siècle dans notre société n’a jamais été ébranlé. Les luttes locales et individuelles ne suffisent pas.

Les auteur·es parlent en connaissance de cause puisqu’ils et elles appartiennent à ces mouvements bio-paysans qui résistent à l’agriculture productiviste. L’Atelier paysan, coopérative née en 2014 pour promouvoir l’autoconstruction d’outils low-tech destinés à la paysannerie, aide chaque année des centaines de personnes à devenir autonomes. Parallèlement aux formations, ses « cogitations collectives » alimentent des réflexions politiques regroupées dans ce livre dense mais pédagogique.

Il reste 66% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Louis Mieczkowski, l'insaisissable

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.