À Thouars, la psychiatrie érige des murs

Un an et demi après le meurtre d’une infirmière par un patient, une unité fermée doit être mise en place dans un service où l’ouverture était de mise. Une partie de l’équipe est inquiète.

Roni Gocer  • 15 septembre 2021 abonné·es
À Thouars, la psychiatrie érige des murs
L’hôpital, qui comptait trente lits, devrait en ouvrir quinze de plus dans une aile sécurisée.
© Roni Gocer

C ’est devenu triste ici… » Plantée devant la grille, Hélène Filet devient muette. Durant le trajet, elle jurait qu’elle ne voulait pas rester, pas risquer d’être vue par d’ancien·nes patient·es ou collègues. Elle s’avance pourtant vers le grillage, doucement, happée par ses souvenirs. Face à elle, la façade pastel du service psychiatrique de l’hôpital Nord-Deux-Sèvres est restée la même. Usée et noircie. À part la départementale qui ronronne plus bas et quelques arbres isolés, il n’y a pas beaucoup de vie ; la plupart des services de soins de la zone ont été déménagés à Faye-l’Abbesse (Deux-Sèvres), dans un ensemble hospitalier flambant neuf. Plus loin en contrebas, même la ville de Thouars a l’air de prendre ses

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société Santé
Temps de lecture : 8 minutes