Au PCF, l’euphorie du retour

Les communistes retrouvent les chemins de la présidentielle. Les contours de leur campagne restent toutefois à définir.

Dans l’amphi de l’université d’Aix-en-Provence, une large mosaïque de communistes écoute, studieuse. Face à eux, à la place du professeur, Fabien Roussel déroule son discours. « Nous allons nous battre dans les prochains mois pour reprendre la main sur la finance et sur le capital. Nous partagerons notre passion pour la France, le monde du travail, pour la défense du monde ouvrier… » Débordant d’énergie, le secrétaire national du Parti communiste français (PCF) ponctue son discours de gestes fermes, de sourires et de quelques colères. Sur les bancs, le public savoure. Les 500 militant·es présent·es durant le week-end – places limitées, covid oblige – renouent tout juste avec un candidat communiste, quinze ans après l’échec de la campagne de Marie-George Buffet. Et même s’il joue à domicile, son aisance rassure. Pour autant, beaucoup d’incertitudes persistent sur le fond et la forme de la campagne.

Si Fabien Roussel a sorti un livre pour la rentrée (1), il mentionne moins le programme du parti que les raisons de son engagement. Restent des prises de positions éparses au fil de l’été, parfois polémiques, qui collent au candidat.

Il reste 64% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.