Gilles Dorronsoro : « Il faut négocier avec les talibans »

Après le fiasco du départ, les Occidentaux doivent dépasser l’humiliation pour obtenir des avancées de la part du nouvel État tant qu’il est fragile, analyse Gilles Dorronsoro.

Patrick Piro  • 8 septembre 2021 abonné·es
Gilles Dorronsoro : « Il faut négocier avec les talibans »
Un combattant taliban au milieu de la foule, le 5 septembre sur un marché de Kaboul.
© Aamir QURESHI/AFP

Le retour des talibans au pouvoir en Afghanistan a déclenché un concert international de réactions alarmées : de nombreuses personnes qui le souhaitaient ont été empêchées de quitter le pays, leur sécurité est menacée, et l’on peut redouter une régression importante des libertés pour les femmes. L’universitaire Gilles Dorronsoro, incontestable observateur du pays depuis plus de trente ans, invite cependant les Occidentaux, et notamment les États-Unis, à prendre le recul de l’analyse, dans leur intérêt et celui de la population : leur politique afghane dénuée de bon sens, depuis vingt ans, a largement contribué au retour des talibans, écrit-il dans un ouvrage au titre prémonitoire paru au début de l’année (1).

La prise expresse de Kaboul par les talibans bouscule les rapports de force dans la région. Faut-il craindre une déstabilisation ?

Gilles Dorronsoro : Bien sûr, la situation a considérablement évolué, mais il faut d’abord souligner la dimension stabilisatrice des derniers événements ! L’arrivée des talibans au pouvoir signe la fin de quarante années de guerre civile, la disparition de leurs bases au Pakistan, une diminution du volume d’armes en circulation dans la région, un contrôle sur les frontières, la perspective de mise en place d’un régime raisonnablement fonctionnel, etc.

À l’échelle régionale, cette prise de pouvoir, ainsi que le départ précipité des Occidentaux, signe clairement une victoire de l’axe Chine-Pakistan sur l’Inde, rangée aux côtés des États-Unis et du régime afghan défait. Et cette nouvelle donne constitue d’abord un gain majeur pour

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 9 minutes

Pour aller plus loin…

Géorgie : face au gouvernement pro-russe, la guerre culturelle
Reportage 28 février 2024 abonné·es

Géorgie : face au gouvernement pro-russe, la guerre culturelle

Face à la purge menée par l’actuel gouvernement pro-russe, les artistes et les responsables d’institutions culturelles se rebiffent. Ils dénoncent une mainmise du Kremlin sur le pays, qui a redoublé depuis le début de la guerre totale en Ukraine, et luttent contre le retour de l’influence russe.
Par Audrey Lebel
En Allemagne, la traque aux pro-palestiniens
Allemagne 26 février 2024

En Allemagne, la traque aux pro-palestiniens

Une association étudiante de l’université de Bayreuth, en Bavière, est attaquée en justice après avoir organisé un colloque en faveur d’une paix juste et durable au Proche-Orient entre les peuples palestinien et israélien.
Par Denis Sieffert
Malgré le choc, « ne pas abandonner » le combat de Navalny
Reportage 23 février 2024

Malgré le choc, « ne pas abandonner » le combat de Navalny

Un rassemblement en hommage à Navalny s’est tenu le 22 février à Paris. Politis s’y est rendu pour comprendre comment les Russes en exil voient désormais la lutte contre le régime de Poutine.
Par Pauline Migevant
« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »
Françafrique 21 février 2024 abonné·es

« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »

Le Sénégal portait en France l’image flatteuse d’une « vitrine démocratique » en Afrique de l’Ouest. Mais le report par le président Macky Sall du scrutin présidentiel du 25 février a brutalement changé la donne. Un « coup d’État civil », qualifient la journaliste Fanny Pigeaud et l’économiste Ndongo Samba Sylla, coauteurs d’un nouvel essai sur la Françafrique.
Par Patrick Piro