Zemmour : Au bon cœur des grands patrons

Éric Zemmour et son équipe s’organisent pour chercher des soutiens dans le monde des affaires, mais le caractère infréquentable du polémiste en chiffonne plus d’un.

Qui osera financer la campagne d’Éric Zemmour ? « Il faudrait déjà qu’il soit officiellement candidat », élude un proche, ancien cadre de banque d’affaires en Angleterre, qui préfère garder l’anonymat. « À moins que l’équipe nationale n’accepte que je vous réponde », ajoute-t-il, laissant entendre un début d’organisation derrière le pilier de CNews. Et un certain verrouillage de la communication. Parler au conditionnel et refuser de voir son nom affiché sur la place publique : telles semblent être les consignes lorsqu’il s’agit de s’exprimer sur les comptes du polémiste d’extrême droite et de son entourage.

Si, pour l’instant, les chèques ne tombent pas du ciel, une association se tient déjà prête pour les récupérer à la volée : l’Association de financement du parti Les Amis d’Éric Zemmour. La structure, déclarée le 30 avril dernier, et dont le siège social est dans le Xe arrondissement de Paris, n’y va pas par quatre chemins pour décrire ses domaines d’activité, affichés ainsi au Journal officiel : « soutien et financement de partis et de campagnes électorales » et « activités politiques ». Comme l’a révélé le Huffington Post, c’est à cette association que la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) a adressé son agrément, le 1er juillet, « en qualité d’association de parti politique ».

Une annonce qui arrive à point nommé, le législateur ayant décidé que la période de financement de la campagne électorale pour l’élection présidentielle de 2022 commençait ce même 1er juillet. Dorénavant, les donateurs d’Éric Zemmour qui veulent financer sa candidature pourront obtenir une réduction d’impôt à hauteur de 66 % pour des versements limités à 4 600 euros. Pour les dons versés à un parti, le montant maximum est de 7 500 euros par personne, dans la limite de 15 000 euros par foyer.

Une autre association, déclarée elle aussi le 30 avril, a déposé des statuts dignes d’un parti politique : Les Amis d’Éric Zemmour. Son objet ? « Promouvoir la grandeur de la France et l’intérêt national ». Ce « mouvement contribue à l’expression du suffrage universel ; à cette fin, il peut notamment participer au débat public ainsi qu’aux élections », peut-on lire sur le site du JO. Son président est aussi le responsable du site Les Amis d’Éric Zemmour : il s’appelle François Miramont et serait « membre de Debout la France depuis trois ans », d’après un tweet que Libération a retrouvé.

Zemmour peut être « un candidat patriote et capitaliste », selon l’ex-FN Bernard Monot.

Cette proximité entre le parti de Nicolas Dupont-Aignan et le positionnement d’Éric Zemmour se vérifie par une première rencontre stratégique, en février, où le premier a demandé au second s’il comptait « y aller ». 

Il reste 71% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.