Marché carbone : Le tortueux business des émissions « évitées »

Pour permettre de différer ses efforts en matière de rejet de CO2 dans l’atmosphère, la communauté internationale a mis sur pied un marché opaque, au cœur des négociations de la COP 26.

Aux grands engagements de l’accord de Paris ont rapidement fait suite les comptes d’apothicaires. Au cœur des négociations onusiennes pour le climat – et de l’article 6 de l’accord de Paris – se trouve un mécanisme où États et entreprises s’achètent et se vendent des tonnes de gaz à effet de serre « évitées » ou « compensées ». Un marché peu réglementé, reposant sur une théorie douteuse, qui est surtout une aubaine pour les uns et un moyen de s’exonérer des engagements pour les autres. C’est aussi ce…

Il reste 92% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

La « théorie décoloniale » ou l’invention d’un ennemi commun

Tribunes accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.