Alain Damasio : « On est passé de Big Brother à Big Mother »

L’auteur de science-fiction Alain Damasio analyse le système de surveillance actuel et ses ressorts insidieux à l’heure du numérique.

Barnabé Binctin  • 23 novembre 2021 abonné·es
Alain Damasio : « On est passé de Big Brother à Big Mother »
© SOEREN STACHE-/dpa-Zentralbild/dpa Picture-Alliance/AFP

Maître de la science-fiction française, Alain Damasio a fait de la société de contrôle l’un des sujets majeurs de son œuvre. Il analyse ici comment le numérique nous a fait entrer dans un « régime de traces » qui conditionne nos actions. Il s’interroge aussi sur les raisons de notre consentement au contrôle et sur les façons d’affirmer réellement notre liberté.

Dès votre premier roman, La Zone du Dehors (1999), la question de la surveillance s’impose comme un thème omniprésent. D’où vient cette obsession ?

Alain Damasio : Je me suis moi-même souvent demandé pourquoi j’avais emporté mon tout premier livre vers ces enjeux… Quand j’en ai entamé l’écriture, en 1992, le grand public n’avait pas encore accès aux réseaux informatiques, et les caméras de vidéosurveillance n’étaient pas omni-présentes comme aujourd’hui. Pourtant, j’étais halluciné par leur sporulation, déjà, dans le métro parisien. Cela tient sûrement à mes lectures de Deleuze et Foucault, qui ont été des grandes rencontres intellectuelles. Mais cela s’explique aussi, comme souvent, par des -raisons plus personnelles, voire psychanalytiques : j’ai grandi dans une famille très patriarcale avec un père qui contrôlait un peu tout ce que l’on faisait. Ces caméras me renvoyaient sûrement à un mécanisme que je vivais intimement, dans ma sphère privée. Comme si le dehors ne pouvait plus être l’espace libératoire que j’en attendais.

Trente ans plus tard, en quoi le contexte a-t-il changé ?

Il y a eu l’arrivée d’Internet et des smartphones, les deux principaux vecteurs de surveillance sur les réseaux. Leur développement a donné une extension absolument délirante, presque arachnéenne, à la société de contrôle. Par nature, le réseau informatique produit de l’information, c’est son fonctionnement ontologique : dès lors qu’on allume son téléphone ou qu’on ouvre une page sur un moteur de recherche, on est donc, potentiellement, intégralement contrôlé. Le numérique nous a fait entrer dans ce que j’appelle le « régime des traces ».

En quoi cela change-t-il la nature de cette société de contrôle ?

Ce processus crée quelque chose de beaucoup plus

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société Politique
Temps de lecture : 12 minutes

Pour aller plus loin…

Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta
Enquête 28 février 2024 abonné·es

Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta

Si les politiques publiques contre le harcèlement scolaire ont été renforcées, celles contre les agressions entre élèves demeurent confidentielles. Elles laissent les personnels dépourvus de cadre et les victimes souvent seules face à leur traumatisme.
Par Pierre Jequier-Zalc
« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »
Entretien 28 février 2024 abonné·es

« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »

Dans son livre Les Choses sérieuses, la sociologue Isabelle Clair enquête sur les amours adolescentes et examine la manière dont filles et garçons entrent en relation.
Par Hugo Boursier
Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet
SNU 27 février 2024

Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet

Dans une publication sur X (ex-Twitter) de la direction des services départementaux de l’Éducation nationale de l’Hérault, rapidement supprimée, des jeunes volontaires du SNU célébraient leur fin de séjour de cohésion par une chorégraphie au son d’un gospel. L’an dernier, dans ce centre, un intervenant extérieur a appris à des jeunes à tirer au pistolet.
Par Hugo Boursier
À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »
Reportage 23 février 2024 abonné·es

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »

Malgré le manque de moyens et le désert médical dont souffre le département du Cher, la petite équipe de ce centre hospitalier essaie de soulager la douleur des patients en fin de vie.
Par Hugo Boursier