Étienne Balibar et Henri Leclerc : « L’État a profité du terrorisme et du covid pour renforcer son contrôle »

Le philosophe Étienne Balibar et l’avocat Henri Leclerc évoquent ici le recul des libertés publiques, les significations et les conséquences des différents états d’urgence, les populations exposées aux discriminations et le nécessaire combat pour la démocratie.

Christophe Kantcheff  • 20 novembre 2021 abonné·es
Étienne Balibar et Henri Leclerc : « L’État a profité du terrorisme et du covid pour renforcer son contrôle »
© Serge Attal/Only France/AFP

Mettre face à face Étienne Balibar et Henri Leclerc, c’est organiser la rencontre de deux hommes qui ont fait de la défense des libertés fondamentales un axe majeur de toute leur vie. Le premier, dont la pensée philosophique, internationalement reconnue, entretient un lien étroit avec le politique, s’est beaucoup engagé pour les migrants et leur « droit de cité » ainsi qu’en faveur de la cause palestinienne. Le second, ténor du barreau désormais à la retraite, président d’honneur de la Ligue des droits de l’Homme, a développé une réflexion profonde sur les mécanismes de la justice et les missions de l’avocat. Leur dialogue témoigne de l’inquiétude que la période actuelle peut susciter et dessine les grands combats nécessaires pour améliorer la -démocratie.

Comment envisagez-vous les libertés publiques ?

Étienne Balibar : Les libertés publiques sont attribuées aux individus en tant que citoyens, ceux-ci ayant dès lors la possibilité d’exercer un certain nombre de droits fondamentaux dans un espace qu’on appelle l’espace public. Or qu’est-ce qui ouvre l’espace public dans nos sociétés modernes ? Qu’est-ce qui en garantit le bon ordre ? C’est l’État. Donc, il me semble que, derrière la notion de libertés publiques ou fondamentales, réside la question de savoir non seulement à qui les droits sont attribués, mais aussi quel rapport l’exercice de ces droits entretient avec le fait qu’il existe une puissance publique. Celle-ci est-elle là pour les octroyer ou pour les négocier avec les individus ? Ou éventuellement les limiter ? Mais, dans un contexte

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)