François Héran : « L’édifice des droits fondamentaux n’est pas un jeu de mikado »

Liberté d’expression et liberté de conscience sont liées, rappelle le sociologue et démographe François Héran, a fortiori quand les autorités lancent des injonctions idéologiques sur le respect des valeurs républicaines au mépris des réalités.

Christophe Kantcheff  • 23 novembre 2021 abonné·es
François Héran : « L’édifice des droits fondamentaux n’est pas un jeu de mikado »
Hommage à Samuel Paty, à Conflans-Sainte-Honorine, un an après l’assassinat de l’enseignant, en présence de Jean-Michel Blanquer et de Valérie Pécresse.
© Alain JOCARD/AFP

Le 30 octobre 2020, quatorze jours après l’assassinat de Samuel Paty, François Héran publie dans la revue en ligne La Vie des idées une « Lettre aux professeurs d’histoire-géographie », sous-titrée « Ou comment réfléchir en toute liberté à la liberté d’expression ». Alors que l’opinion est tétanisée et que des membres du gouvernement instrumentalisent la situation, le texte du professeur du Collège de France est apparu aussi nécessaire que courageux, tout comme le livre qu’il a fait paraître ensuite et qui en est le prolongement, Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression. D’autant qu’il y met en exergue la contradiction entre affirmation de la liberté d’expression et des valeurs républicaines et déni des discriminations.

Pourquoi avoir écrit cette « lettre aux professeurs d’histoire-géographie » deux semaines après l’assassinat de Samuel Paty ?

François Héran : L’élément déclencheur a été le malaise des professeurs d’histoire-géographie et de philosophie avec qui j’étais en contact. Il leur fallait préparer la journée d’hommage à Samuel Paty prévue le 2 novembre, mais les

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)