Julia Cagé : « Donner davantage de pouvoir aux journalistes »

En France, la liberté de la presse ne se porte pas bien. En cause, outre les attaques politiques et les agressions physiques, un phénomène accru de concentration.

Christophe Kantcheff  • 23 novembre 2021 abonné·es
Julia Cagé : « Donner davantage de pouvoir aux journalistes »
Les violences contre les journalistes, en particulier dans les manifestations, se sont multipliées.
© Maxime Reynié

Médias et démocratie sont les deux thèmes centraux – et indissociables – des travaux de l’économiste Julia Cagé. Elle aborde ici les raisons du recul de la liberté de la presse en France, et propose des remèdes.

Verbatim

« Dans le classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières (publié en avril 2021), la France occupe la 34e place sur 180 pays. Plusieurs facteurs expliquent cette situation. D’une part, les relations que le politique entretient avec les médias. Pendant des décennies, seule l’extrême droite se montrait hostile à leur égard. Des violences contre des journalistes avaient lieu lors de rassemblements. Ces relations compliquées se sont généralisées ces dernières années, notamment pendant la campagne présidentielle de 2017. Je citerai les heurts pendant les meetings de François Fillon, des problèmes de non-accréditation de la part de La France insoumise ou du service de presse de l’Élysée, et les mots du président Macron à propos de l’audiovisuel public, qu’il a qualifié de « honte de la République ».

Ce à quoi il faut ajouter la transcription dans la loi française de la directive européenne sur le secret des affaires. Celle-ci permet à des entreprises de poursuivre des journalistes qui ont tout simplement fait leur travail. Enfin, on se souvient des mesures que le gouvernement a

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Pour aller plus loin…

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »
Reportage 23 février 2024 abonné·es

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »

Malgré le manque de moyens et le désert médical dont souffre le département du Cher, la petite équipe de ce centre hospitalier essaie de soulager la douleur des patients en fin de vie.
Par Hugo Boursier
En France, la très lente révolution de la « culture palliative »
Santé 23 février 2024

En France, la très lente révolution de la « culture palliative »

Alors que des pays étrangers mettent en avant ces soins de confort, la France accuse un retard considérable. La faute au tabou de la fin de vie parmi des soignants concentrés sur l’unique objectif de guérison.
Par Hugo Boursier
À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes
Enquête 22 février 2024

À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes

Un professeur d’anglais du prestigieux lycée privé de la métropole lilloise est suspendu depuis le 31 janvier, après avoir été accusé par une élève d’avoir eu « une attitude inappropriée ». L’établissement assure avoir été réactif. Mediacités et Politis révèlent pourtant que plusieurs alertes le concernant avaient déjà été effectuées.
Par Pierre Jequier-Zalc
Protection de l’enfance : crise sociale et malaise politique autour de la Sauvegarde 93
Enfance 22 février 2024

Protection de l’enfance : crise sociale et malaise politique autour de la Sauvegarde 93

L’une des plus grosses associations de la Seine-Saint-Denis accumule les témoignages et les rapports accablants contre sa direction et ses méthodes de management. Face à une crise qui s’intensifie depuis février 2021, le département – qui assure le principal financement de l’association – reste sourd malgré les appels à l’aide des salariés.
Par Tristan Dereuddre