Nicaragua : La dérive totalitaire du clan Ortega

Depuis son retour à la tête du pays en 2007, Daniel Ortega l’a fait basculer petit à petit dans une dictature, enrichissant ses proches aux dépens de la population.

Julien Lecot  • 10 novembre 2021 abonné·es
Nicaragua : La dérive totalitaire du clan Ortega
Banderole faisant la promotion de Daniel Ortega, dans le simulacre de campagne présidentielle, ses principaux rivaux ayant été arrêtés.
© OSWALDO RIVAS / AFP

C’est dans un climat pesant que s’est réveillée Managua le 8 novembre. La veille au soir, Daniel Ortega et Rosario Murillo – sa vice-présidente et femme – ont été déclarés vainqueurs de la parodie d’élection présidentielle qu’ils avaient organisée, leur garantissant de rester à la tête du Nicaragua pour au moins cinq années supplémentaires. Le suspense avait été laissé de côté puisque le scrutin s’est déroulé sans opposition : tous les prétendants sérieux à l’investiture suprême ont suivi le vote derrière les barreaux ou en exil à l’étranger.

Depuis près d’un an, le pouvoir nicaraguayen avait minutieusement préparé cette soirée. Dans un premier temps, entre octobre 2020 et mars 2021, le couple présidentiel avait fait voter un certain nombre de lois aux contours flous. On trouve pêle-mêle un texte permettant d’arrêter les « traîtres à la patrie », comprendre ici les personnes ou institutions recevant de l’argent de l’étranger ; une extension de la garde à vue de 48 heures à 90 jours ; ou encore une loi contre les cyberdélits, offrant la possibilité de mettre derrière les barreaux les journalistes et opposants qui partagent de « fausses nouvelles » – soit tout ce qui ne correspond pas au discours officiel.

Une fois les textes adoptés par une Assemblée aux mains du pouvoir, place a été faite à leur application. Sept précandidats à l’élection présidentielle ont été arrêtés, ainsi que de nombreux journalistes, militants ou encore simples membres

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 8 minutes

Pour aller plus loin…

Géorgie : face au gouvernement pro-russe, la guerre culturelle
Reportage 28 février 2024 abonné·es

Géorgie : face au gouvernement pro-russe, la guerre culturelle

Face à la purge menée par l’actuel gouvernement pro-russe, les artistes et les responsables d’institutions culturelles se rebiffent. Ils dénoncent une mainmise du Kremlin sur le pays, qui a redoublé depuis le début de la guerre totale en Ukraine, et luttent contre le retour de l’influence russe.
Par Audrey Lebel
En Allemagne, la traque aux pro-palestiniens
Allemagne 26 février 2024

En Allemagne, la traque aux pro-palestiniens

Une association étudiante de l’université de Bayreuth, en Bavière, est attaquée en justice après avoir organisé un colloque en faveur d’une paix juste et durable au Proche-Orient entre les peuples palestinien et israélien.
Par Denis Sieffert
Malgré le choc, « ne pas abandonner » le combat de Navalny s’impose
Reportage 23 février 2024

Malgré le choc, « ne pas abandonner » le combat de Navalny s’impose

Un rassemblement en hommage à Navalny s’est tenu le 22 février à Paris. Politis s’y est rendu pour comprendre comment les Russes en exil voient désormais la lutte contre le régime de Poutine.
Par Pauline Migevant
« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »
Françafrique 21 février 2024 abonné·es

« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »

Le Sénégal portait en France l’image flatteuse d’une « vitrine démocratique » en Afrique de l’Ouest. Mais le report par le président Macky Sall du scrutin présidentiel du 25 février a brutalement changé la donne. Un « coup d’État civil », qualifient la journaliste Fanny Pigeaud et l’économiste Ndongo Samba Sylla, coauteurs d’un nouvel essai sur la Françafrique.
Par Patrick Piro