Dans la chaleur de Sons d’hiver

Ouvert à de multiples possibles, le très prospectif festival Sons d’hiver propose une édition 2022 fort attractive et partiellement réinventée.

Jérôme Provençal  • 26 janvier 2022 abonné·es
Dans la chaleur de Sons d’hiver
Multi-instrumentiste éclectique, Rob Mazurek présentera pas moins de trois projets.
© Britt Mazurek
Se déployant en début d’année dans plusieurs villes du Val-de-Marne et à Paris, Sons d’hiver s’attache depuis 1992 à combattre la frilosité autant que la morosité avec une programmation musicale orientée vers la mixité et l’inventivité. Si le festival explore en particulier la sphère du jazz contemporain, sur ses versants les plus remuants, il creuse également d’autres territoires sonores (hip-hop, musiques dites du monde, free-rock…) et cherche au maximum à susciter des croisements inattendus – parfois inouïs – entre les différents univers. Le plus important, c’est que le résultat sorte de l’ordinaire et emporte ailleurs : loin, de préférence. Après avoir été réduit à
Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Musique
Temps de lecture : 4 minutes