Dossier : Harcèlement sexuel dans la police : Révélations sur une omerta

Harcèlement sexuel dans la police : Révélations sur une omerta

Politis a eu connaissance de plusieurs cas de harcèlement sexuel au sein même des effectifs des forces de l'ordre. Des faits qui ne sont pas isolés et qui témoignent d'une certaine légèreté de la part de la hiérarchie.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Un simple blâme pour des faits de harcèlement sexuel et moral envers au moins cinq policières depuis une dizaine d’années : c’est la décision prise par la préfecture de police de Paris en septembre 2021 à l’encontre d’un fonctionnaire qui instaure un climat de terreur dans un commissariat du Val-de-Marne. Au même moment, un commandant de police mis en examen pour harcèlement sexuel, violence et viol pourrait échapper à une sanction administrative. Loin d’être isolées, ces affaires dévoilent la légèreté avec laquelle le sujet est traité par la hiérarchie policière. Dans une décision-cadre publiée en avril 2021, la Défenseure des droits fustige d’ailleurs sa complaisance et son inertie. Elle a adressé d’ambitieuses recommandations au ministère de l’Intérieur pour tenter de sortir les femmes policières du piège inextricable qui se referme trop souvent sur elles.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.