La détresse des doctorants

Dans un livre retentissant, de jeunes thésards se livrent sur les agressions physiques et symboliques qu’ils subissent à l’université.

S i tu ne souffres pas, c’est que ce n’est pas une bonne thèse. » Cette phrase, prononcée par un directeur de thèse lorsqu’elle préparait son doctorat en neurobiologie, résonne encore dans l’esprit d’Adèle B. Combes. Elle résume à elle seule l’ensemble des dysfonctionnements du système universitaire vis-à-vis des doctorants.

Si ces années de recherche peuvent constituer une formidable expérience, source d’enrichissement intellectuel dans un environnement bienveillant valorisant le travail d’équipe, elles peuvent également être synonymes de souffrance psychologique, de précarité, de violences et d’injustices sociales. D’après une enquête internationale menée par la revue Nature en 2019, 36 % des doctorants ont cherché à se faire aider pour des problèmes d’anxiété ou de dépression. 21 % ont subi du harcèlement moral durant leurs années de doctorat, majoritairement de la part de leur directeur de thèse. 21 % ont été victimes de discriminations ou de harcèlement sexuel, racial ou lié à leur orientation sexuelle. Des chiffres qui corroborent ceux d’Adèle B. Combes, qui a lancé une enquête en ligne sur le sujet en 2019 et publie le fruit de ses recherches dans un livre, Comment l’université broie les jeunes chercheurs. Précarité, harcèlement, loi du silence, aux éditions Autrement. 

Violences sexistes

Il reste 86% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.