Milliardaires : L’indécence décuplée

La fortune des milliardaires français a augmenté plus rapidement en dix-neuf mois de pandémie qu’en une décennie entière, selon Oxfam.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


La fortune des milliardaires français a augmenté plus rapidement en dix-neuf mois de pandémie qu’en une décennie entière. Voilà déjà un premier chiffre cinglant livré par le dernier rapport d’Oxfam. Depuis quelques années, l’ONG publie un état planétaire de l’enrichissement à l’ouverture du Forum économique mondial de Davos. Un éclairage très cru du fossé entre immensément riches et pauvres, dont les comparaisons chocs s’ancrent dans les esprits. La version 2022 confirme sans surprise l’image de vertigineuses inégalités. Cependant, si sa lecture reste aussi saisissante, au-delà des chiffres, guère attaquables (issus d’institutions financières non militantes), c’est que ce rapport éclaire un phénomène d’amplification en cours depuis bientôt deux ans : la crise du covid a boosté de manière indécente des fortunes déjà stratosphériques. Pendant la période, celle des dix hommes les plus riches du monde a doublé, la plus forte augmentation jamais enregistrée depuis que ces données sont recensées. Le patrimoine de ces dix nababs atteint celui, cumulé, des 40 % de personnes les plus pauvres. En France, c’est encore plus immoral : la fortune des cinq principaux milliardaires suffit à une telle « performance ».

Dans le même temps, dans le monde, un contingent supplémentaire de 163 millions de personnes a basculé dans la pauvreté. Et près de 17 millions de personnes sont mortes du covid. L’ONG ne se prive pas de le calculer : un impôt spécial sur ces exceptionnels enrichissements aurait aisément comblé le manque de moyens sanitaires qui a fait le lit de cette catastrophe humanitaire, sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale.

Sensible aux inégalités de genre, Oxfam souligne aussi que 252 hommes se partagent plus de richesses que le milliard de filles et de femmes qui vivent en Afrique, en Amérique latine et aux Caraïbes réunies. Systématiquement défavorisées en termes de patrimoine à peu près partout dans le monde, les femmes le sont encore plus depuis la pandémie, qui les a globalement plus affectées que les hommes.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.