Greg Tate ou l’heureux mélange

Disparu en décembre, le critique et écrivain était un grand penseur de l’Amérique et des mondes afro-diasporiques. Il s’était confié à nous en 2016.

Pauline Guedj  • 9 février 2022 abonné·es
Greg Tate ou l’heureux mélange
Greg Tate avait créé un orchestre, Burnt Sugar. Une musique hybride, comme l’étaient ses textes.
© Stephen Lovekin/GETTY IMAGES NORTH AMERICA /AFP

Greg Tate, disparu le 7 décembre, était l’une des plus belles plumes de la critique américaine. En France, on le connaissait mal, ses principaux articles et recueils n’ayant jamais été traduits. Pourtant, il comptait parmi les principaux penseurs de la musique noire, et plus largement des arts américains, pouvant enchaîner dans le même ouvrage un éloge de Michael Jackson et une réflexion sur les romans de Don DeLillo.

Dans la lignée des écrits d’Amiri Baraka (1) sur le jazz, les

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 5 minutes