« Les vieux, ça n’intéresse pas grand monde »

Laurent Garcia a tenu le rôle de lanceur d’alerte dans le scandale Orpea. Ce cadre infirmier avance plusieurs pistes pour mettre fin à la maltraitance des personnes âgées dépendantes.

Antonin Amado  • 2 février 2022 abonné·es
« Les vieux, ça n’intéresse pas grand monde »
Le manque de moyens dans les Ehpad (ici, à Bordeaux) entraîne des dérives structurelles.
© BURGER/Phanie/AFP

S’il se réjouit de voir son ancien employeur enfin mis en cause, Laurent Garcia estime que c’est l’ensemble de la prise en charge française qui est aujourd’hui maltraitante. Il appelle à un renforcement des contrôles par les pouvoirs publics, réclame la mise en place d’une autorité administrative indépendante et annonce la création d’un observatoire des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad).

L’affaire Orpea est-elle seulement celle d’un groupe privé et de ses dérives, ou celle de tout un système ?

Laurent Garcia : C’est avant tout celle d’un groupe et de ses dérives, qui sont incroyables. Mais c’est aussi celle d’un système dans lequel plus personne n’a confiance. Je reçois en ce moment de nombreux appels de personnes qui me disent qu’un de leurs parents devait intégrer ce type de structures, mais qu’elles renoncent finalement à cette démarche. Je pense que nous sommes en train d’assister à un changement très rapide, un véritable rejet. La privatisation des Ehpad est un vaste scandale politique. Tout le monde sait ce qui se passe dans ce type d’établissements, et pas seulement ceux qui appartiennent à Orpea. Il est d’ailleurs intéressant de noter que, lorsque le cours de Bourse de l’entreprise a dévissé, celui de son concurrent, Korian, a suivi la même tendance.

Vous êtes à l’origine du livre de Victor Castanet sur la révélation du système Orpea. Qu’est-ce qui vous a poussé à tenter d’alerter sur ce que vous étiez en train de vivre ?

J’ai 53 ans et je travaille dans ce secteur depuis longtemps. La maltraitance est partout. Mais, en tant que petit cadre infirmier, on

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Publié dans le dossier
Ehpad : Paradis pour actionnaires
Temps de lecture : 10 minutes

Pour aller plus loin…

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »
Reportage 23 février 2024 abonné·es

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »

Malgré le manque de moyens et le désert médical dont souffre le département du Cher, la petite équipe de ce centre hospitalier essaie de soulager la douleur des patients en fin de vie.
Par Hugo Boursier
En France, la très lente révolution de la « culture palliative »
Santé 23 février 2024

En France, la très lente révolution de la « culture palliative »

Alors que des pays étrangers mettent en avant ces soins de confort, la France accuse un retard considérable. La faute au tabou de la fin de vie parmi des soignants concentrés sur l’unique objectif de guérison.
Par Hugo Boursier
À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes
Enquête 22 février 2024

À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes

Un professeur d’anglais du prestigieux lycée privé de la métropole lilloise est suspendu depuis le 31 janvier, après avoir été accusé par une élève d’avoir eu « une attitude inappropriée ». L’établissement assure avoir été réactif. Mediacités et Politis révèlent pourtant que plusieurs alertes le concernant avaient déjà été effectuées.
Par Pierre Jequier-Zalc
Protection de l’enfance : crise sociale et malaise politique autour de la Sauvegarde 93
Enfance 22 février 2024

Protection de l’enfance : crise sociale et malaise politique autour de la Sauvegarde 93

L’une des plus grosses associations de la Seine-Saint-Denis accumule les témoignages et les rapports accablants contre sa direction et ses méthodes de management. Face à une crise qui s’intensifie depuis février 2021, le département – qui assure le principal financement de l’association – reste sourd malgré les appels à l’aide des salariés.
Par Tristan Dereuddre