Dossier : Enquête : ce terrorisme d'extrême droite qui s'inspire du jihad

Les « loups solitaires » d’Atomwaffen Division

AWD diffuse une propagande agressive sur les réseaux sociaux qui reprend le symbolisme et le langage des jihadistes.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Ce groupe terroriste néonazi a été créé aux États-Unis en 2015 et est responsable d’une quinzaine de morts, principalement outre-Atlantique. D’après le Soufan Center, centre indépendant américain de recherche sur les problèmes de sécurité mondiale, « Atomwaffen Division [AWD] utilise une stratégie de “résistance sans chef”, dans laquelle de petites cellules, ou “loups solitaires”, promeuvent les objectifs de l’organisation par la violence ».

Pour cela, AWD diffuse une propagande agressive sur les réseaux sociaux qui reprend le symbolisme et le langage des jihadistes. « Semblable à Daech, AWD a construit une marque mondialement identifiable, capable de séduire les néonazis du monde entier et d’inciter les loups solitaires à l’action », note le Soufan Center. Son réseau s’étend en Europe de l’Ouest, en Australie mais aussi en Ukraine, qui, dès 2014, polarise « le réseau suprémaciste blanc, qui voit dans le conflit un laboratoire de champ de bataille ». En France, leur impact inquiète.

Dans un document que Politis s’est procuré, le parquet antiterroriste souligne que de nombreuses personnes impliquées dans des affaires terroristes ont été séduites par la propagande d’AWD. Un attrait qui « semble appelé à se renforcer tant le milieu d’ultradroite est dynamique outre-Atlantique ».


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.