Dossier : Macron : le choix du désastre écologique

Macron et l'écologie : Le mirage technologique

Candidat à sa réélection, le Président mise sur l’avenir et l’innovation pour répondre au défi climatique. Une écologie 2.0 illusoire qui permet de repousser les changements structurels.

Imaginez le monde d’après. Un monde dans lequel le réchauffement climatique ne serait plus qu’un mauvais souvenir. Pas de catastrophe naturelle, de sécheresse, d’inondation : nous saurions maîtriser les aléas du climat. La technologie serait parvenue à résoudre tous nos maux : plus d’émissions de gaz à effet de serre, ni de fonte des calottes glaciaires ou de destruction des espaces naturels. Grâce à la magie de l’innovation, les déchets nucléaires, dont nous ne savions que faire, seraient transformés… en blé, pour éradiquer la faim dans le monde. Nous aurions ramené à la vie toutes les espèces qui s’étaient éteintes du fait de l’activité humaine. Dans les champs, des robots remplaceraient les paysans et les paysannes, pour plus de précision, d’efficacité et de productivité. Les agriculteurs auraient alors tout le loisir de se prélasser au soleil et de profiter de la vie. Plus question de débattre de l’âge de départ à la retraite.

Ce monde, c’est celui que nous fait miroiter Emmanuel Macron en tablant sur l’innovation, la robotique et le numérique pour répondre aux enjeux écologiques de notre temps. Une ligne que le chef de l’État avait déjà tracée au cours de son quinquennat, avec son plan France 2030, et qu’il réaffirme aujourd’hui à travers son programme en vue de l’élection présidentielle.

Le 12 octobre 2021, à l’Élysée, devant des étudiants et des chefs d’entreprise, le président de la République présente son plan France 2030, « la réponse aux grands défis de notre temps, en particulier la transition écologique ». Le plan s’articule autour de dix objectifs pour « mieux comprendre, mieux vivre, mieux produire en France à l’horizon 2030 ». Six de ces piliers ont trait à l’environnement.

Troisième révolution agricole

L’agriculture est l’un d’entre eux. Avec France 2030, Emmanuel Macron prévoit d’investir 2 milliards d’euros pour « une alimentation saine, durable et traçable ». L’objectif : une « révolution agricole et agroalimentaire » à travers le numérique, la robotique et la génétique. Un triptyque qui permettrait, selon le chef de l’État, de « sortir de certains pesticides », d’« améliorer la qualité de vie et la productivité », de gérer plus finement les productions ou encore d’améliorer le traçage des aliments.

Pour Nicolas Girod, porte-parole de la Confédération paysanne, cette stratégie fondée sur l’innovation technologique représente un véritable danger, pour l’environnement, les agriculteurs et les consommateurs.

Il reste 72% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.