« Plumes », d'Omar El Zohairy : Une femme ne disparaît pas

Avec Plumes, l’Égyptien Omar El Zohairy signe un premier long-métrage stupéfiant d’originalité sur une famille misérable, dont la vie bascule sur un coup du sort. Un film entre absurde et tragique.

Comment rendre compte d’une réalité sordide sans assommer son spectateur sous le poids d’un irréductible misérabilisme ? Certains répondront qu’une telle question n’a pas de sens, qu’il faut au contraire faire ressentir le spectacle (le cinéma, quoi qu’il en soit, en est un) du dénuement jusqu’au bout des ongles de celui ou celle qui regarde.

Question d’éthique : ou ne laisser aucune marge au spectateur en le maintenant, quasi pieds et poings liés, dans un état d’hébétude, ou lui permettre de trouver sa place vis-à-vis de l’œuvre. Ce qui ne signifie pas une émotion moindre mais une palette de sentiments plus riche. Au cinéma, comme Godard l’a affirmé, un travelling est une affaire de morale. Un travelling, autrement dit la mise en scène. Plumes, de ce point de vue, en offre une illustration parfaite.

Plumes est le premier long-métrage d’Omar El Zohairy. Sélectionné par la Semaine de la critique à Cannes en 2021, où il a été couronné du grand prix Nespresso et du prix de la Fédération internationale de la presse cinématographique, il ressemble peu à ce que l’on connaît déjà. En tout cas du cinéma égyptien. Pas de lyrisme, de fresque flamboyante, ni de naturalisme mélodramatique. Omar El Zohairy a travaillé avec Yousry Nasrallah, qui lui-même a été l’assistant de Youssef Chahine. Ceci explique sans doute cela. À cette école-là, on n’apprend pas un cinéma mais la liberté. On n’y apprend pas une manière de faire mais une façon d’oser.

Il reste 74% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.