Dans les universités, l’espoir d’un 3e tour social

Dans les établissements d’enseignement supérieur, souvent en première ligne des mouvements sociaux, les étudiants affichent leur frustration après le résultat du premier tour.

Daphné Deschamps  • 20 avril 2022 abonné·es
Dans les universités, l’espoir d’un 3e tour social
À la Sorbonne, à Paris, le 14 avril.
© Anna Margueritat / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Deux banderoles rayées sortent des fenêtres du troisième étage de la Sorbonne. Taguées à la bombe de peinture rouge, elles affichent ce slogan : « Ni Le Pen ni Macron ». Ce fut le principal mot d’ordre de cette occupation, qui aura duré un peu plus de 24 heures, du mercredi 13 au jeudi 14 avril. Lancée après une assemblée générale antifasciste ayant rassemblé plus de 500 personnes, à la surprise collective y compris de ses organisateurs, cette occupation avait pour but de « lancer le troisième tour social » pendant l’entre-deux

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)