« Pi Ying Xi », de Philippe Forest : Le pays des chimères

Dans Pi Ying Xi, Philippe Forest évoque son expérience de la Chine, entre questions littéraires et politiques, toujours en quête du fantôme de sa fille, morte vingt ans plus tôt.

Christophe Kantcheff  • 27 avril 2022 abonné·es
« Pi Ying Xi », de Philippe Forest : Le pays des chimères
© Wu Ching-teng / XINHUA / Xinhua via AFP

Le quartier des Olympiades, dans le treizième arrondissement de Paris, ne cesse d’être inspirant. Après avoir été filmé par Jacques Audiard, dans Les Olympiades (2021), ce quartier occupe un rôle important dans le nouveau roman de Philippe Forest, au titre sibyllin, Pi Ying Xi, dont la traduction est donnée par le sous-titre : « Théâtre d’ombres ». Les deux œuvres, cependant, en ont une approche très différente. Aérienne et à hauteur des tours chez Audiard ; au ras du sol, clandestine et quasi fantasmée chez Forest.

Si la limite entre limbes et réalité chez l’auteur de Je reste roi de mes chagrins (2019) (1)

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Littérature
Temps de lecture : 6 minutes