« Qui à part nous », de Jonas Trueba : Aspirations présentes

Le réalisateur espagnol Jonas Trueba a filmé un groupe d’adolescents pendant cinq ans.

Après un film estival et charmant fort remarqué, Eva en août, le réalisateur espagnol Jonas Trueba clôt un travail de longue haleine avec ce présent long-métrage : Qui à part nous. Pendant cinq ans, le cinéaste a filmé un groupe d’adolescents, comprenant un petit noyau – Candela, Silvio, Rony, Pablo… – autour duquel gravitent plusieurs autres jeunes, notamment leurs camarades de classe.

Sans équipe de tournage, Jonas Trueba est seul avec eux, qu’il suit hors des cours et du cocon familial. Il passe beaucoup de temps en leur compagnie, enregistrant avant tout leur parole. Et ils en ont des choses à dire ! Sur leur vie, leurs désirs, leurs rêves, qu’ils expriment sans réserve devant la caméra, le réalisateur les prenant au sérieux – ce qui est assez rare non seulement pour les cinéastes, mais, bien au-delà, parmi les adultes.

Il reste 53% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.