Nupes : Le NPA, opposant mais pas trop

L’oeil de Politis sur l’actualité de la semaine en bref.

Politis  • 11 mai 2022
Partager :

La toute jeune Nupes créait des tensions au sein du Nouveau Parti anticapitaliste avant même sa naissance : s’alliera, s’alliera pas ? La question a été tranchée avec l’adhésion du PS : le parti des éléphants est trop à droite pour les trotskistes, qui hésitaient déjà sur d’autres critères, dont les concessions que LFI a pu faire sur ses positions quant à l’Union européenne pour rassurer les Verts. Dans un communiqué, le NPA a expliqué les raisons qui l’avaient poussé à prendre part aux négociations, dont la montée de l’extrême droite, mais aussi celles qui l’ont empêché de conclure un accord. En plus de la présence du PS, la faible place accordée aux quartiers populaires (lire ci-dessous) constitue un point de rupture. Tout comme des changements de position autour du Smic, et surtout des retraites. Pour Philippe Poutou, « ce n’est pas le NPA qui a refusé l’union, mais plutôt l’inverse ». Le NPA fera donc cavalier seul dans les circonscriptions « où les conditions sont réunies » et où les candidats Nupes représenteront le social-libéralisme. Mais il appelle tout de même à soutenir, y compris sur le terrain, les candidats Nupes qui incarnent une gauche de rupture.

Brèves
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don