Dossier : Législatives : l'union, enfin !

Picardie Debout à la reconquête de la Somme rurale

François Ruffin vise sa réélection à Flixecourt, où Marine Le Pen est arrivée largement en tête. Ses soutiens ne désarment pas, soulignant son engagement auprès de la France périurbaine.

R endez-vous à 18 heures, salle du Chiffon rouge, avec François Ruffin, Shirley et Dino ! » hurle dans son mégaphone l’homme au volant d’une camionnette blanche. Sur les vitres sont plaquées des affiches du film Debout les femmes ! et de Picardie debout ! La camionnette clôt un petit cortège qui déambule dans les rues de Flixecourt, bourgade tranquille de la Somme. Une animation inhabituelle par ici : les riverains penchent la tête à leurs fenêtres et des piétons s’arrêtent danser au son de la fanfare. La salle des fêtes se prépare à accueillir les 1 000 personnes qui ont répondu à l’appel. Dès 9 heures du matin pour certaines. Les autres les ont rejointes à la mi-journée et plusieurs ont covoituré les non-Picards. Le Chant des partisans et Merci patron ont rythmé l’installation des chaises et de la scène.

C’est dans cette commune de 3 000 habitants que le député François Ruffin a choisi de lancer sa campagne. « Nous sommes au cœur du val de Nièvre, il ne faut pas le perdre si l’on veut réveiller la fourmilière », justifie l’élu. En 2017, il y remportait le second tour de l’élection avec 73 % des voix face à LREM. La situation géographique n’est pourtant pas le seul élément à avoir motivé ce choix. « Il y a aussi une pente très raide à remonter ici » : le RN est arrivé largement en tête lors des deux tours de la présidentielle – 45 % au premier, 65 % au second. Jean-Luc Mélenchon, lui, s’est contenté de la troisième place du podium, en baisse de sept points par rapport à 2017.

Région sinistrée

Elio, 26 ans, et ses amis amiénois approuvent la décision de leur candidat, assis en rond autour de leurs hamburgers. Le karaoké animé par le couple d’humoristes Shirley et Dino s’achève, Dalida laisse place au discours de François Ruffin. Le groupe d’amis a préféré sortir pour manger, ils savent déjà ce qui sera énoncé. Elio reprend d’ailleurs les mots de l’élu : « Aujourd’hui il y a une couche de brun à gratter pour retrouver la couche rouge. » Il rappelle qu’historiquement « Flixecourt appartient à la ceinture rouge amiénoise, communiste de longue date ». Le maire de la commune, Patrick Gaillard, est encarté au PCF, comme l’était celui avant lui. Et celui d’avant.

Il reste 74% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.