Football féministe : tacler les discriminations

Depuis une dizaine d’années, les équipes féminines amatrices se multiplient, souvent hors du cadre de la Fédération française de football, défendant l’antiracisme et les droits LGBTI.

Daphné Deschamps  • 22 juin 2022 abonné·es
Football féministe : tacler les discriminations
Au tournoi anniversaire des Dégommeuses, le 18 juin à Paris.
© Daphné Deschamps

Par un week-end de canicule historique, un soleil de plomb et des températures dépassant les 30 °C dès le matin brûlent la pelouse synthétique du stade Maryse-Hilsz, porte de Montreuil, à Paris. En dépit de l’air étouffant, des dizaines de footballeuses s’activent sur le terrain et en tribune. Ce samedi 18 juin a lieu le tournoi anniversaire d’une équipe de football emblématique à Paris : les Dégommeuses. Créé officiellement il y a dix ans, son maillot vert est bien connu des milieux féministes, lesbiens et antiracistes de la capitale. Et l’équipe creuse son trou dans un milieu hostile.

Le monde du ballon reste largement homophobe et masculin. Les sections féminines des clubs professionnels sont moins dotées, moins soutenues par les fans et moins mises en avant par les clubs, à quelques exceptions près, malgré des niveaux parfois exceptionnellement bons. En témoignent les féminines de l’Olympique lyonnais, qui ont remporté huit fois la Ligue des champions. Les joueurs professionnels « out » [ouvertement LGBT, NDLR] se comptent sur les doigts d’une main. Et la question de l’accès des personnes transgenres aux compétitions professionnelles, qui se pose quelquefois dans d’autres sports, est inexistante dans le football. Cette culture viriliste du monde professionnel transpire dans le milieu amateur : les licenciés masculins de la Fédération française de football (FFF) se comptent en millions, alors que les licenciées féminines sont à peine 200 000. Et même si la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 8 minutes

Pour aller plus loin…

Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet
SNU 27 février 2024

Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet

Dans une publication sur X (ex-Twitter) de la direction des services départementaux de l’Éducation nationale de l’Hérault, rapidement supprimée, des jeunes volontaires du SNU célébraient leur fin de séjour de cohésion par une chorégraphie au son d’un gospel. L’an dernier, dans ce centre, un intervenant extérieur a appris à des jeunes à tirer au pistolet.
Par Hugo Boursier
À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »
Reportage 23 février 2024 abonné·es

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »

Malgré le manque de moyens et le désert médical dont souffre le département du Cher, la petite équipe de ce centre hospitalier essaie de soulager la douleur des patients en fin de vie.
Par Hugo Boursier
En France, la très lente révolution de la « culture palliative »
Santé 23 février 2024

En France, la très lente révolution de la « culture palliative »

Alors que des pays étrangers mettent en avant ces soins de confort, la France accuse un retard considérable. La faute au tabou de la fin de vie parmi des soignants concentrés sur l’unique objectif de guérison.
Par Hugo Boursier
À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes
Enquête 22 février 2024

À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes

Un professeur d’anglais du prestigieux lycée privé de la métropole lilloise est suspendu depuis le 31 janvier, après avoir été accusé par une élève d’avoir eu « une attitude inappropriée ». L’établissement assure avoir été réactif. Mediacités et Politis révèlent pourtant que plusieurs alertes le concernant avaient déjà été effectuées.
Par Pierre Jequier-Zalc