Lalalar : Souk en transe

Mixant rock, électro et folk psyché turc, le trio Lalalar sort un exaltant premier album.

Face à la rigidité ultraconservatrice incarnée par l’affreux Erdogan, l’un des plus sinistres sires actuellement au pouvoir dans le monde, il existe heureusement de précieux contre-feux en Turquie, allumés en particulier sur la turbulente scène musicale alternative d’Istanbul. Formé en 2018 par trois piliers de ladite scène – Ali Güçlü Simsek (chant, basse), Barlas Tan Özemek (guitare, chant) et Kaan Düzarat (synthés, machines) –, le trio Lalalar apparaît aujourd’hui comme son principal fer de lance.

Après plusieurs singles, le groupe – qui s’est aussi (et surtout) fait connaître grâce à ses prestations live, notamment aux Transmusicales en 2021 – vient de publier son très attendu premier album, Bi Cinnete Bakar, chez le salutaire label genevois Les Disques Bongo Joe.

Il reste 59% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.