Frontex, une troupe de choc en roue libre

Nombre de plaintes visent l’agence de gardes-frontières, sans que la Commission européenne trouve à y redire.

Olivier Cyran  • 15 juillet 2022 abonné·es
Frontex, une troupe de choc en roue libre
Des réfugiés afghans accostent sur l’île de Lesbos, en Grèce.
© Konstantinos Tsakalidis / SOOC / SOOC via AFP

Le 20 mars dernier, Frontex s’offrait une campagne de communication plutôt inattendue : une série de photos diffusées sur les réseaux sociaux montrait ses agents en uniforme distribuant des peluches à des enfants. « Un peu de joie pour les enfants ukrainiens », expliquait le community manager de l’agence, en précisant que cette « opération nounours » s’était déroulée dans la bourgade roumaine de Siret, à la frontière de l’Ukraine, et que les jouets destinés aux petits réfugiés de guerre provenaient d’une collecte de dons en Pologne. Apparemment, le budget pharaonique du corps européen de gardes-frontières ne lui permettait pas de se payer son propre stock de nounours.

En matière de changement d’image, il n’est pas certain que cette opération ait atteint tous ses objectifs. Elle n’a pas freiné, en tout cas, l’avalanche

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 9 minutes