« Continuer l’histoire des Éditions de Minuit et la réinventer »

Thomas Simonnet, à la tête des Éditions de Minuit, expose la façon dont il conçoit l’avenir de cette maison au catalogue prestigieux, alors qu’il fait paraître deux titres en cette rentrée, l’un d’Yves Ravey, l’autre de Claire Baglin, une jeune primo-romancière.

Christophe Kantcheff  • 31 août 2022 abonné·es
« Continuer l’histoire des Éditions de Minuit et la réinventer »
© (Photo : Idriss Bigou-Gilles.)

Thomas Simonnet, 48 ans, a pris les rênes des Éditions de Minuit après le rachat de celles-ci par Gallimard, via sa holding, Madrigall. Une opération annoncée en juin 2021 et effective depuis janvier dernier. Succéder à Jérôme Lindon, décédé en 2001, et à sa fille, Irène Lindon, qui avait pris sa suite et qui a été décisionnaire dans l’acte de vendre, n’est pas une mince affaire. Le catalogue qu’ils laissent est un fleuron de la création et de la pensée, où se concentre une bonne part de ce qui a constitué la scène littéraire et des sciences humaines de la seconde moitié du XXe siècle et du début du XXIe.

Néanmoins, outre que son entreprise est adossée à un groupe solide, Thomas Simonnet dispose de ses propres atouts. Ayant ­longtemps travaillé au sein du réseau de librairies L’Arbre à lettres, il cumule cette expérience, précieuse, avec celle qu’il a acquise dans l’édition, chez POL à ses débuts, et surtout en tant que responsable de la collection « L’Arbalète », chez Gallimard, de 2006 à 2021. Années durant lesquelles l’éditeur a publié, en particulier, Michèle

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Littérature
Temps de lecture : 9 minutes