Bande-dessinée : les antipodes d’Alison Bechdel

Connue pour son test qui détermine la sous-représentation féminine au cinéma, cette autrice publie aussi des BD drôles et complexes. La dernière est sélectionnée pour le prix Médicis, une première.

Marion Dumand  • 28 septembre 2022 abonné·es
Bande-dessinée : les antipodes d’Alison Bechdel
© Photo : Éditions Denoël.

Être sujet est un acte d’agression. Dans un combat psychique mortel entre Attila le Hun et Virginia Woolf, je miserais cinquante/cinquante ». Penser un tel pari relève de la merveille. Simultanément, sous la voix de la narratrice et auteure Alison Bechdel, un break familial s’engage dans une allée américaine avec son gazon et sa boîte aux lettres. Pour être plus précis, il part. À son bord, nous montre la case précédente : Alison Bechdel gamine et sa mère fulminant, clope au bec. Case nommant en parallèle La Promenade au phare, « roman familial complexe [de Virginia Woolf qui] conquiert aussi le monde ».

Tout au-dessus, en haut de la page, il y a un diagramme dessiné par Donald Winnicott, précurseur de la pédopsychanalyse,

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Littérature
Temps de lecture : 6 minutes