« Found light » de Laura Veirs : déclaration d'indépendance

Laura Veirs chante les cicatrices de la vie. D’une voix lumineuse qui évite tout effet dramatique.

Le douzième album de Laura Veirs s’intitule Found Light (Trouvé la lumière) et à son écoute on pense moins à une tardive révélation qu’à cette phrase de Leonard Cohen dans le morceau « Anthem » : « Il y a une fêlure dans chaque chose / C’est comme cela qu’entre la lumière. » On ne peut s’empêcher non plus de penser à un épisode de la vie de la chanteuse, son récent divorce avec le producteur Tucker Martine, avec lequel elle vivait depuis vingt ans et auquel elle confiait la production de ses disques depuis…

Il reste 78% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Paul Veyne : « La fascination pour l'Antiquité ne m'a jamais quitté »

Idées accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.