À La Clusaz, la mégabassine prend l’eau

En Haute-Savoie, associations et militants occupent un bois où un projet de retenue collinaire cristallise les tensions sur fond de « transition de la montagne ».

Koupaïa Rault  • 19 octobre 2022 abonné·es
À La Clusaz, la mégabassine prend l’eau
© Les opposants espèrent tenir à la « Cluzad » jusqu’au 1er décembre, date après laquelle les bûcherons ne pourront plus venir. (Photo : Koupaïa Rault.)

Au cœur du bois de la Colombière, au bord du domaine skiable de La Clusaz, un puissant « à table ! » résonne dans l’air frais de la montagne. Aussitôt, un petit garçon surgit du haut de son arbre pour partager un bon repas avec des adultes encagoulés. Il y a à peine trois semaines, la forêt était paisible et seuls les promeneurs s’y aventuraient. Aujourd’hui, des dizaines de militants s’y affairent à la construction de cabanes et de barricades pour protéger cet espace naturel, menacé par l’imminence des travaux de construction d’une mégabassine.

Le 19 septembre, le préfet signait la déclaration d’utilité publique autorisant la mairie à mener à bien son projet, pourtant décrié à de multiples reprises. L’automne dernier, déjà, le verdict de l’enquête publique était tombé : 76 % d’observations s’opposant au projet sur plus de 1 800 formulaires récoltés.

Quelques mois plus tard, une poignée de membres d’Extinction Rebellion Annecy bravaient la neige en occupant le bois durant deux semaines, obtenant ainsi le report des travaux. Cet été encore, le réseau de luttes locales des Soulèvements de la Terre appelait à une grande marche dans le cadre de sa campagne « Grondement des cimes ». Quant à la pétition du collectif Nouvelle Montagne, mobilisé « pour une transition durable des territoires montagnards », elle comptabilise aujourd’hui 60 000 signatures.

« Cluzad » dans les sapins

Les autorités locales n’en démordent pourtant pas : cette retenue collinaire est indispensable à l’activité de la commune. Systématiquement, le maire Didier Thévenet réaffirme le besoin de « faire vivre son village ».

Les opposants espèrent tenir à la « Cluzad » jusqu’au 1er décembre, date après laquelle les bûcherons ne pourront plus venir. (Photo : Koupaïa Rault.)

Et, de fait, un tiers du volume de l’installation permettra d’alimenter en eau potable la population de la ville, victime de la géographie locale qui empêche le stockage dans les nappes phréatiques. Mais, pour les militants, le volet eau potable n’est qu’une excuse pour obtenir des dérogations au code de l’environnement.

En pratique, la station compte déjà quatre bassines d’une capacité totale de 270 000 mètres cubes. Les quelque 148 000 litres d’eau (l’équivalent de 60 piscines olympiques) qui seront stockés dans la nouvelle bassine permettront en priorité le bon fonctionnement des canons à neige artificielle de la station.

Le petit village de La Clusaz – 1 900 habitants à l’année – attire jusqu’à 25 000 personnes en haute saison. Pour pallier les effets du dérèglement climatique, le modèle économique de la station dépend pleinement de la neige de culture, qui représente déjà 27 % du domaine skiable.

Reboiser 0,3 hectare quand on en détruit 8… La biodiversité ça ne se compense pas, ils font un gros trou et mettent un petit pansement !

À la lisière du bois, sur le sentier qui pénètre dans la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 9 minutes

Pour aller plus loin…

Les batailles de l’arbre bourgeonnent en France
Luttes 27 septembre 2023 abonné·es

Les batailles de l’arbre bourgeonnent en France

Partout dans le pays, des collectifs se créent pour défendre platanes ou marronniers en milieu urbain, toujours menacés par des projets d’aménagement du territoire déconnectés des enjeux climatiques.
Par Vanina Delmas
« La question de la confiance dans la science est peut-être déjà dépassée »
Entretien 20 septembre 2023 libéré

« La question de la confiance dans la science est peut-être déjà dépassée »

L’historienne et philosophe Bernadette Bensaude-Vincent, autrice avec le philosophe Gabriel Dorthe d’un essai sur la montée de l’irrationalité et la perte de confiance dans la communauté scientifique, interroge le rôle de la science face au climatoscepticisme et au complotisme.
Par François Rulier
« L’objectif des climatosceptiques est de semer le doute »
Entretiens 20 septembre 2023 abonné·es

« L’objectif des climatosceptiques est de semer le doute »

« Arrêtons de croire que ce sont juste des gens qui doutent sur la science. » Jean Jouzel, paléoclimatologue et Camille Étienne, activiste écologiste, livrent leur analyse sur la poussée du climatoscepticisme.
Par Vanina Delmas
Climatosceptiques et toxiques
Enquête 20 septembre 2023 libéré

Climatosceptiques et toxiques

Plus l’urgence climatique est visible et les catastrophes dramatiques, plus les voix remettant en question les causes humaines du dérèglement retrouvent du souffle. En France, les climatosceptiques n’ont pas désarmé : ils ont renouvelé leur arsenal, et leur objectif reste le même : répandre le trouble par tous les moyens. Décryptage.
Par Vanina Delmas