« Reprise en main » de Gilles Perret : la finance aux ouvriers !

Le réalisateur signe son premier long métrage de fiction, une joyeuse comédie sociale… et capitalistique. Rencontre.

Christophe Kantcheff  • 18 octobre 2022 abonné·es
« Reprise en main » de Gilles Perret : la finance aux ouvriers !
© Une comédie sociale en forme de fable avec des pieds-nickelés qui se révèle plus malins que certains le croyaient. (Photo : Jour2fête.)

On se souvient de la séquence finale, bouleversante, de Debout les femmes !, le film précédent de Gilles Perret coréalisé avec François Ruffin : à l’instar d’un chœur antique, au sein de l’Assemblée nationale, les femmes de ménage chantaient leur émancipation. La fin du documentaire était ainsi fictionnée.

Gilles Perret n’avait plus qu’un pas à faire pour se lancer dans un premier long métrage de fiction. Et voici Reprise en main. D’évidence, le cinéaste s’est trouvé à l’aise dans ce nouvel exercice. « Entre le documentaire et la fiction, explique-t-il, il y a plusieurs similitudes : j’ai le même rapport de proximité avec les personnes que je filme, faire qu’avec l’équipe technique et les comédiens. J’essaie d’être le plus juste possible et de donner de la visibilité à ceux qu’on ignore habituellement. »

Cependant, Gilles

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Cinéma
Temps de lecture : 6 minutes