« Le Serment de Pamfir » de Dmytro Sukholytkyy-Sobchuk : la fête du cinéma

Dans son premier long-métrage, le cinéaste ukrainien Dmytro Sukholytkyy-Sobchuk met en scène un thriller social éblouissant.

Christophe Kantcheff  • 1 novembre 2022 abonné·es
« Le Serment de Pamfir » de Dmytro Sukholytkyy-Sobchuk : la fête du cinéma
© Un premier long métrage qui met en scène une histoire familiale et un thriller social. (Photo : Condor Distribution.)

Il est toujours émouvant d’assister à la naissance d’un grand cinéaste. Même si l’avenir n’est pas écrit, il est peu probable que Dmytro Sukholytkyy-Sobchuk n’ait bénéficié que d’un moment de grâce passager en réalisant Le Serment de Pamfir, tant l’impression qu’il laisse sur le spectateur est puissante.

Après quelques courts métrages et un documentaire, le cinéaste ukrainien de 38 ans a développé ce projet ambitieux sur plusieurs années, atteignant d’emblée une qualité artistique peu commune. À la Quinzaine des réalisateurs, où il a été sélectionné à Cannes cette année, le film a été plus que remarqué.

Le Serment de Pamfir est l’histoire d’un homme qui rentre chez lui après une longue période durant laquelle il est parti travailler à l’étranger, où

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Cinéma
Temps de lecture : 6 minutes