L’Hercule brésilien

Revenu de son enfer juridique, Lula a remporté dimanche soir l’élection présidentielle brésilienne. Son troisième mandat à la tête d’un pays fracturé s’annonce le plus âpre.

Patrick Piro  • 1 novembre 2022
Partager :
L’Hercule brésilien
© Un drapeau de soutien à Lula, le 29 octobre, à Brasilia. (Photo : EVARISTO SA / AFP.)

Et Lula l’emporta. Sur le fil, mais l’emporta. Dimanche 30 octobre à 18 h 44, heure du Brésil, dans le rugissement libératoire des siens, le candidat de la gauche dépasse enfin Bolsonaro dans le décompte égrené des votes. Son avance va s’accroître, parcimonieusement, pour s’achever sur un très ric-rac 50,9 %, contre 49,1 % pour le futur ex-président d’extrême droite, dont les sondages, une fois de plus, n’ont pas capté l’ultime poussée : la veille, Lula était donné à 53 %, voire plus.

Le voilà donc prêt à entamer un troisième mandat, le 1er janvier 2023. Il y a peu encore, on pensait bouclée, pour l’essentiel, une épopée politique hors norme, couronnée par huit années de présidence (2003-2011). Et que ses ennemis pensaient bien avoir pourrie sous l’infamie d’une condamnation à douze ans de prison, en avril 2018, pour de douteuses accusations de corruption.

Lula en fut finalement lavé. Celui qui avait laissé le pouvoir nanti de 86 % d’opinions positives est revenu de son enfer drapé de l’étoffe du chevalier blanc, le seul à même de terrasser Bolsonaro, de l’avis général à gauche. À 77 ans, Lula vient de mener à bien une mission herculéenne, quand on mesure ce qu’il aura fallu d’énergie et de sang-froid, dans une campagne marquée par la violence et les coups bas, pour grappiller les dixièmes de point qui épargnent quatre années supplémentaires de Bolsonaro au Brésil et au monde.

Lula s’apprête à vivre deux mois de chausse-trappes et de tentatives de déstabilisation d’ici à son investiture.

Et s’il n’y avait eu que cet Everest parmi les travaux qui l’attendent… « Le Brésil est de retour », lançait-il dimanche soir à une communauté internationale qui l’a choyé depuis 2003. Mais c’est bien « à la maison » que Lula est attendu. Crise économique, retour fulgurant de la faim pour des millions de Brésilien·nes, Amazonie en guérilla permanente sous les flammes et les tronçonneuses.

Mais, surtout, c’est d’un pays traversé par une énorme fracture qu’il hérite, à l’image de celle qui cisaille les États-Unis depuis Trump. La comparaison ne s’arrête pas là. Bolsonaro, mutique, n’avait toujours pas reconnu sa défaite lundi soir. Et Lula s’apprête à vivre deux mois de chausse-trappes et de tentatives de déstabilisation d’ici à son investiture.

Son habileté politique légendaire ne sera pas de trop pour gouverner, alors que le Congrès lui est majoritairement hostile, et pour apaiser la société brésilienne dont une moitié, acquise à un récit matraqué par les conservateurs et leurs extrêmes, en fait un chantre de la corruption et du dévoiement moral. « C’est le jour le plus important de ma vie », déclarait Lula en mettant son bulletin dans l’urne. Les quatre ans qui viennent s’annoncent aussi comme les plus âpres de sa carrière politique.

Publié dans
Parti pris

L’actualité vous fait parfois enrager ? Nous aussi. Ce parti pris de la rédaction délaisse la neutralité journalistique pour le vitriol. Et parfois pour l’éloge et l’espoir. C’est juste plus rare.

Temps de lecture : 3 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

À gauche, une équation aussi pénible qu’insoluble
Parti pris 9 juillet 2024

À gauche, une équation aussi pénible qu’insoluble

Au second tour des législatives, le Rassemblement national, bien qu’en forte progression, a été défait, le macronisme rejeté et le Nouveau Front populaire est devenu la première force politique à l’Assemblée. Mais la gauche doit-elle prendre le risque de gouverner sans capacité d’agir ?
Par Pierre Jacquemain
Une victoire populaire, avant tout !
Parti pris 8 juillet 2024

Une victoire populaire, avant tout !

Alors que les instituts de sondages, au soir du premier tour, annonçaient une potentielle majorité absolue au Rassemblement national, une forte mobilisation populaire a permis au Front populaire d’être la plus importante force politique à l’Assemblée nationale. Il faut, désormais, construire dessus.
Par Pierre Jequier-Zalc
La République, c’est le barrage
Parti pris 2 juillet 2024

La République, c’est le barrage

Depuis la dissolution, l’ennemi médiatique et politique était LFI, voire le Nouveau Front populaire, pendant que l’extrême droite était épargnée. Il était temps que le sursaut intervienne. La République, ce sont celles et ceux qui, par-delà les désaccords politiques font barrage à l’extrême droite.
Par Pierre Jacquemain
Barrage : « Eux ne le feront pas », mais nous, oui !
Billet 2 juillet 2024

Barrage : « Eux ne le feront pas », mais nous, oui !

Depuis les résultats du 1er tour des législatives, les masques tombent. De nombreux pseudo républicains de droite et du centre s’accommoderont d’une prise de pouvoir du Rassemblement national. Pour contrer ça, seule une mobilisation populaire empêchera la vague brune.
Par Pierre Jequier-Zalc