Maintien de l’ordre : un appel d’offres de 38 millions d’euros de grenades

Le ministère de l’Intérieur a lancé le 10 novembre son plus important appel d’offres depuis des années afin d’équiper police et gendarmerie en grenades et accessoires. Parmi elles : les grenades assourdissantes et les lacrymogènes instantanées.

Maxime Sirvins  • 14 novembre 2022
Partager :
Maintien de l’ordre : un appel d’offres de 38 millions d’euros de grenades
© Manifestation contre la réforme des retraites, Paris, en janvier 2020. (Photo : YANN CASTANIER / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP.)

Le gouvernement se prépare-t-il à des mouvements sociaux agités ? Le 10 novembre, un appel d’offres publié dans le bulletin officiel des annonces des marchés publics (BOAMP) montre qu’il ne compte pas lésiner sur les moyens pour les prochaines années.

Cette commande pour la « fourniture de grenades de maintien de l’ordre et accessoires destinés aux services de la police nationale et de la gendarmerie nationale » que le ministère estime à 38 millions d’euros, comprend entre 4,5 et 13,4 millions de grenades en tout genre et de moyens de propulsions pour les quatre ans à venir. 

Il s’agit de la plus grosse commande depuis des années. Les précédentes commandes avaient été attribuées en 2019 pour 1,8 millions d’euros, en 2018 pour 17 millions d’euros et pour 5,57 millions d’euros en 2016.

Cet appel d’offres est divisé en 8 lots de diverses références de grenades assourdissantes, lacrymogènes et de cartouches-grenades. Le premier porte sur des grenades lacrymogènes de calibre 56 mm et 40 mm ainsi que leurs moyens de propulsions pour permettre aux forces de l’ordre de les tirer à 50 ou 100 m. La quantité maximum pour ce lot est de 9,44 millions d’unités.

Un autre lot concerne entre 280 000 et 840 000 grenades dites lacrymogènes instantanées. Il s’agit de la grenade GM2L qui remplace la célèbre GLI-F4 depuis 2019. Cette arme de catégorie A2 – pour matériel de guerre – a notamment été massivement utilisée lors de la manifestation contre les mégabassines à Sainte-Soline, le 29 septembre. Depuis le début de son utilisation, au moins deux personnes ont eu une main partiellement ou totalement arrachée.

Un timing qui interroge

De son côté, le lot n°7 confirme les informations publiées par Politis le 28 mars 2022 sur l’arrivée d’une nouvelle grenade dite « assourdissante ». Entre 40 000 et 120 000 grenades de ce type pourront être commandées par le gouvernement.

Lire aussi > Maintien de l’ordre : la grenade « arracheuse de mains » partiellement remplacée

Ces grenades assourdissantes fabriquées par Alsetex sont déjà utilisées depuis février dernier en très faible quantité pour évaluer ses capacités. Ce modèle produit un son d’environ 159 décibels à 10 mètres. Au-dessus de 140 décibels de graves lésions auditives peuvent se produire de manière irréversible. Autour de 160 dB, les tympans peuvent éclater.

Le timing de cet appel d’offres interroge. Alors que la réforme des retraites arrive à grands pas, le gouvernement semble, encore une fois, vouloir s’équiper d’armes pour plusieurs millions d’euros plutôt que de prôner la désescalade dans les manifestations. 

Alors que l’appel d’offres court jusqu’au 10 janvier 2023, on peut imaginer que les entreprises françaises Alsetex et Nobel Sport, très présentes sur les marchés d’outils de répression, seront de la partie.

Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

La CGT obtient de la justice l’exclusion de la CGT PSA-Poissy
Syndicats • 9 décembre 2022 abonné·es

La CGT obtient de la justice l’exclusion de la CGT PSA-Poissy

Le tribunal de Bobigny a tranché. Les militants du syndicat « historique » de l’usine Peugeot-Citroën de Poissy, dont Jean-Pierre Mercier, ne peuvent plus prétendre appartenir à la CGT. L’aboutissement d’un an de guerre fratricide au sein de la confédération.
Par Pierre Jequier-Zalc
Police : le tabou judiciaire du faux en écriture publique
Police • 7 décembre 2022

Police : le tabou judiciaire du faux en écriture publique

Il est le corollaire des violences policières : les agents mentent dans les procès-verbaux pour se couvrir. Pourtant, le faux en écriture publique, infraction criminelle, peine à être poursuivi par la justice. Encore un tabou ?
Par Nadia Sweeny
« La valeur accordée à la parole des policiers se détériore »
Entretien • 7 décembre 2022 abonné·es

« La valeur accordée à la parole des policiers se détériore »

Loïc Pageot est vice-procureur de Bobigny, en charge des dossiers mettant en cause des policiers. Affecté depuis douze ans dans la 2ème plus grande juridiction du pays, il évoque, sans langue de bois, la gestion de ces dossiers complexes.
Par Nadia Sweeny
Violences policières : un œil et dix ans de perdus
Enquête • 7 décembre 2022 abonné·es

Violences policières : un œil et dix ans de perdus

Il y a dix ans, Driss perdait son œil sous les coups d’un policier. Depuis, la justice peine à déjouer les mensonges des agents et à instruire une affaire dans laquelle se sont mêlés absence de communication entre brigades, recours à une brutalité aussi extrême que gratuite et complaisance du parquet. Politis a eu accès à ce dossier inédit. Récit de dix années de combat judiciaire.
Par Nadia Sweeny