« Ceux de la nuit » de Sarah Leonor : les fantômes des montagnes

La réalisatrice capte magistralement le col de ­Montgenèvre, où les skieurs présents le jour ignorent l’existence nocturne des exilés traqués

Christophe Kantcheff  • 10 janvier 2023 abonné·es
« Ceux de la nuit » de Sarah Leonor : les fantômes des montagnes
La tombe, au fond d'un cimetière, de Blessing Matthew, Nigériane de 20 ans retrouvée noyée dans la Durance.
© Sarah leonor / Les films de l’Atelante.

À Montgenèvre, commune des Hautes-Alpes sur la frontière franco-italienne, tout se mêle : la beauté des paysages mais aussi leur âpreté, les vacanciers sur les pistes de ski le jour et le passage la nuit des exilés cherchant à rejoindre Briançon. À partir de ces lieux, Sarah Leonor signe un film magistral, Ceux de la nuit, qui lie tous ces éléments et donne sens à ce qui pourrait n’être qu’une succession de plans hétérogènes.

Ne désirant pas filmer les exilés, notamment pour ne pas risquer d’aider à les repérer, Sarah Leonor fait de cette région de hautes montagnes un territoire hanté. Hanté par des silhouettes furtives. La cinéaste filme des traces. Elle tourne à l’aurore ou entre chien et loup,

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Cinéma
Temps de lecture : 2 minutes