Pour une interruption volontaire de vieillesse

Dans la logique de la lutte pour le droit à l’avortement, le combat pour le suicide assisté réaffirme que les corps nous appartiennent.

Rose-Marie Lagrave  • 11 janvier 2023
Partager :
Pour une interruption volontaire de vieillesse
© Ricardas Brogys / Unsplash

À la faveur des luttes pour le droit à l’avortement, le mouvement féministe est parvenu à rendre audible et légitime une notion aussi banale qu’évidente : « Mon corps m’appartient. » Après l’adoption à une large majorité à l’Assemblée nationale, le 24 novembre 2022, d’une proposition de loi inscrivant le droit à l’IVG dans la Constitution, ce droit devrait bientôt être gravé dans le marbre. 

#MeToo a réussi le tour de force de rappeler que toute atteinte au corps de l’autre, si légère soit-elle selon l’appréciation des donneurs de coups, s’inscrit dans un continuum de violences. Les corps sont aussi violentés par le travail physique harassant, et nombre de nos concitoyen·nes parviennent à la retraite en traînant l’ombre d’eux et d’elles-mêmes, alors même qu’il est programmé d’en repousser la date butoir.

Tous doivent pouvoir bénéficier d’une « mort bonne », en étant maîtres de choisir leur façon de mourir.

Devenues vulnérables par l’exploitation salariale des corps, par des maladies, par des handicaps physiques ou mentaux, nombre de personnes sont amenées à vivre l’avancée en âge dans la dépendance aux autres. Leur corps ne leur appartient plus, ballotté qu’il est entre prescriptions médicales, gestes infirmiers, biopolitique et enfermement dans les Ehpad, mouroirs aux alouettes.

Les vieilles et les vieux qui sont parvenus à se ménager une autonomie ne sont pas non plus prêts à baisser les bras quand les signes de déchéance corporelle et mentale se font invasifs. Celles et ceux qui ont conquis une « vie bonne », celles et ceux qui en ont été dépossédés, tous doivent pouvoir bénéficier d’une « mort bonne », en étant maîtres de choisir leur façon de mourir.

Dans la logique de la lutte pour le droit à l’avortement, le combat pour le suicide assisté réaffirme que les corps nous appartiennent. « Faire naître si je veux, quand je veux » doit aller jusqu’au terme de sa logique : « Demander la mort si je veux et quand vivre devient indigne. »

Sur le même sujet : Derrière les débats sur la fin de vie, le manque de moyens

Les femmes partaient à l’étranger pour se faire avorter ; il faut aller en Belgique ou en Suisse pour « mourir dans la dignité » : l’analogie est saisissante. Le recours au suicide assisté ne doit plus être un tabou, car c’est l’un des registres du care et une extrême-onction sécularisée. Il faut remettre au goût du jour l’interruption volontaire de vieillesse (IVV) que Pierre Desproges avait lancée en 1983, sur FR3, dans « La minute nécessaire de M. Cyclopède ».

Quelle figure se lèvera, tels Simone Veil pour l’IVG ou Robert Badinter pour l’abolition de la peine de mort ?

Et pourquoi pas un manifeste féministe de 343 vieilles décidées à mourir, suivi d’un manifeste de 343 médecins s’engageant à aider à mourir, comme l’a proposé Jean-Paul Hamon dans L’Express du 6 janvier 2020 ? Nul n’est jamais obligé d’exercer ce droit auquel une majorité de Français·es se disent favorables. Quelle figure se lèvera, tels Simone Veil pour l’IVG ou Robert Badinter pour l’abolition de la peine de mort, pour porter haut et fort la chanson de Barbara : « À mourir pour mourir, je choisis… » ·

Tout Politis dans votre boîte email avec nos newsletters !
Idées
Temps de lecture : 3 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Cherchez la femme… racisée
Intersections • 1 février 2023

Cherchez la femme… racisée

Pour la sociologue et anthropologue Nacira Guénif, soin et attention doivent être mis en oeuvre à l’égard des moins protégées dans leur emploi et les plus exposées aux inégalités : les femmes racisées.
Par Nacira Guénif
Les femmes n’attendront pas la révolution
Féminisme • 1 février 2023 abonné·es

Les femmes n’attendront pas la révolution

Manifeste mythique du féminisme radical italien des années 1970, traduit pour la première fois, ce recueil de textes de l’ancienne critique d’art Carla Lonzi dénonce aussi le patriarcat inscrit dans les mouvements progressistes. Depuis Hegel.
Par Olivier Doubre
« Que manque-t-il pour voir qu’un nettoyage ethnique de l’Artsakh est en cours ? »
Monde • 1 février 2023 abonné·es

« Que manque-t-il pour voir qu’un nettoyage ethnique de l’Artsakh est en cours ? »

Depuis 2003, Hovhannès Guévorkian est la voix de la République d’Artsakh en France. Représentant officiel de cet État fondé par les Arménien·nes du Haut-Karabakh, région enclavée en Azerbaïdjan, il s’active inlassablement pour susciter un appui international à la lutte de ce peuple qui revendique son indépendance.
Par Patrick Piro
Musulmans français, l’ethnicisation par la religion
Sociologie • 25 janvier 2023 abonné·es

Musulmans français, l’ethnicisation par la religion

Sociologue, Marie-Claire Willems s’interroge dans un essai fouillé et rigoureux sur l’identité musulmane dans la société française aujourd’hui. En montrant combien il est complexe de s’en détacher, telle une assignation d’origine ethnique. Et non une croyance religieuse.
Par Olivier Doubre