« Rewind and Play » d’Alain Gomis : la solitude du pianiste

Pour réaliser son film, Alain Gomis a utilisé les rushs d’une émission télévisée de 1969 avec Thelonious Monk. Édifiant sur le racisme inconscient et la machine médiatique.

Christophe Kantcheff  • 10 janvier 2023 abonné·es
« Rewind and Play » d’Alain Gomis : la solitude du pianiste
Thelonious Monk en récital au studio 104 de la Maison de la radio, à Paris, en 1964.
© Sarah Blum

En septembre 1969, Thelonious Monk est de passage à Paris pour un concert à la salle Pleyel. En tournée européenne – la veille au soir, il était à Bruxelles –, le pianiste au style inimitable est, depuis le début des années 1960, au faîte de sa gloire.

La télévision française en profite pour organiser un tournage dans l’après-midi même, où Monk répondrait à des questions et jouerait quelques titres. L’émission, d’une trentaine de minutes, fut diffusée peu de temps après.

C’est cette émission qu’Alain Gomis, actuellement en train de travailler à une fiction sur Monk, a demandé à voir auprès de l’Institut national de l’audiovisuel, qui lui a envoyé, en retour, non seulement l’émission elle-même, mais tous les rushs. Résultat : deux heures à visionner, dont il a tiré Rewind and Play.

Si Alain Gomis montre ce

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Cinéma
Temps de lecture : 4 minutes