Manifester la peur au ventre

Pour certains commentateurs, les manifestations sont le signe tangible et indiscutable que nous sommes, en France, en démocratie. Mais comment qualifier un régime où la liberté de manifester se paye d’une peur au ventre ?

Rose-Marie Lagrave  • 17 mai 2023
Partager :
Manifester la peur au ventre
Gendarme lors d'une manifestation contre la réforme des retraites à Paris, le 14 avril 2023.
© Lily Chavance

La vieille militante battant le pavé que je suis se surprend à ressentir la peur face au déchaînement de violence des policiers pendant les manifestations. Insidieusement et de plus en plus ouvertement, les politiques sécuritaires, judiciaires et répressives grignotent pan après pan la liberté de circuler, de s’exprimer et de faire collectif. Manifester en France est devenu dangereux.

L’arsenal des techniques « traditionnelles » de « sécurisation » est en soi terrifiant, mais avec les armes de guerre que sont les grenades, les LBD et le produit de marquage codé utilisé à Sainte-Soline, un cap est franchi dans les actes de violence cherchant à semer la panique. Et j’ai peur pour tous ces jeunes autour de moi qui inaugurent leur vie militante dans un tel climat de répression.

J’ai peur pour tous ces jeunes autour de moi qui inaugurent leur vie militante dans un tel climat de répression.

Cette peur, comparée à la terreur que vivent nos sœurs ukrainiennes, maliennes, iraniennes, comoriennes et les Afghanes manifestant le poing levé dans les rues de Kaboul, le 29 avril dernier, est dérisoire. Aucune comparaison possible avec les affres subies par celles empêchées d’étudier, de parler, de circuler librement, de protéger leur intégrité physique et leur libre arbitre.

Désormais, à chaque manifestation, je les embarque, tel un hologramme collectif, pour déchirer d’un même cri de colère rageuse le plan-plan des revendications bien huilées. Et l’hologramme se fait corps en lutte ; les mortes de peur deviennent guérillères (1) qui tuent avec les mots, puis, de guerre lasse, prennent les armes.

1

Les Guérillères, Monique Wittig, Minuit, 1969.

Elles sont devenues combattantes et leur peur est recyclée en courage face à un appareil répressif qui se réclame du monopole de la violence légitime comme d’un permis de mutiler, d’éborgner, voire de tuer. Et il faudrait en outre s’estimer heureux. Le club des optimistes invétérés, commentateurs prolixes des régimes politiques dans le monde, rappelle que manifester collectivement dans la rue est bien le signe tangible et indiscutable que nous sommes, en France, en démocratie.

Sur le même sujet : Répression : la mécanique infernale

Oui, mais quelle démocratie ? Comment qualifier un régime où la liberté de manifester se paye d’une peur au ventre, où la Ligue des droits de l’Homme, historiquement vent debout contre les atteintes à l’État de droit, est remise en cause par le ministre de l’Intérieur relayé par la Première ministre, où les droits fondamentaux des étrangers sont bafoués, où le profilage racial et le ciblage policier des banlieues tiennent lieu de politique de proximité ?

Il faudrait certes convoquer les meilleur·es spécialistes en science du politique pour qualifier une démocratie amputée de son demos. Écrire que notre régime démocratique a du plomb dans l’aile, qu’il s’est déjà engagé sur la pente des démocraties illibérales est peut-être sujet à discussion scientifique ; c’est pourtant ce que l’on ressent de jour en jour avec ces mises en garde à vue incessantes, et on le fait savoir à coups de casseroles et de sifflets qui transforment la peur en un charivari contre les puissants.

Recevez Politis chez vous chaque semaine !
Abonnez-vous
Idées
Temps de lecture : 3 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Judith Godrèche : « Je sais que ma vérité est imparable » 
Entretien 15 mai 2024 abonné·es

Judith Godrèche : « Je sais que ma vérité est imparable » 

Moi aussi : c’est le nom du court-métrage que présente l’actrice et réalisatrice Judith Godrèche au festival de Cannes, ce mercredi. Un projet où l’on suit un millier de personnes ayant répondu à son appel à témoignages. Pour Politis, elle revient sur cette initiative et raconte l’intimité de son combat contre les violences sexistes et sexuelles.
Par Pauline Migevant
VSS : vers une prise en charge plus empathique des violences
Justice 15 mai 2024 abonné·es

VSS : vers une prise en charge plus empathique des violences

En France, seules 6 % des victimes de viol ont porté plainte en 2023, et la procédure ne débouche sur une condamnation que dans 1 % des cas. Si les femmes hésitent à franchir le pas, c’est aussi parce qu’elles se méfient des institutions judiciaires. 
Par Salomé Dionisi
Ne sommes-nous pas des femmes ?
Intersections 15 mai 2024

Ne sommes-nous pas des femmes ?

L’actrice Nadège Beausson-Diagne, qui a lancé le #Memepaspeur dans le cinéma africain, raconte les violences sexuelles subies en tant que femme noire dans un État raciste et patriarcal et interpelle les féministes blanches sur l’invisibilisation de ces vécus.
Cette école qui classe, trie, sépare
Éducation 1 mai 2024 abonné·es

Cette école qui classe, trie, sépare

Deux essais pointent la ségrégation à l’œuvre dans l’éducation en France. Les pistes pour y remédier existent, à condition que s’exprime un volontarisme politique à la hauteur des enjeux de mixité sociale. 
Par Laurence De Cock